BFMTV

À Paris, les gilets jaunes défilent dans le calme malgré quelques tensions

Si la mobilisation de ce samedi s'est déroulée en grande partie dans le calme, la situation s'est tendue vers la fin du parcours. Une fois arrivée l'heure de la dispersion à la Gare de Lyon, de nouveaux affrontements ont éclaté entre protestataires et forces de l'ordre. Plusieurs feux ont été allumés.

Quelques milliers de manifestants ont défilé ce samedi après-midi à Paris, à l'appel des gilets jaunes, en scandant des slogans anti-Macron, anti-policiers ou contre la réforme des retraites. Un rassemblement marqué par des tirs de gaz lacrymogène et des interpellations.

Des tensions ont éclaté dès le début d'après-midi avec les forces de l'ordre, intervenues "pour disperser un bloc qui tentait de se constituer en tête de cortège", selon la préfecture de police de Paris. Peu après 20 heures, 59 personnes avaient été interpellées, a indiqué la préfecture de police. Trente-trois personnes avaient également été placées en garde à vue à 18 heures, a de son côté précisé le parquet de Paris.

Parti de la Porte de Champerret aux alentours de 11 heures pour cette 62e journée de mobilisation, le cortège devait rejoindre la Gare de Lyon, dans le sud-est de Paris. Il était encadré par un important dispositif de forces de l'ordre. 

La situation s'est tendue entre les place de République et de la Bastille

La situation s'est particulièrement tendue entre les places de la République et de la Bastille, où les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et des grenades de désencerclement, aux alentours de 16 heures. Le cortège s'est scindé et la circulation était perturbée. Des jeunes cagoulés ont crié "Révolution!", alors que des CRS appelaient à évacuer la zone.

Le cortège est arrivé sous les gaz lacrymogènes place de la Bastille, où se trouvaient de nombreux véhicules des forces de l'ordre.

Plus tôt dans l'après-midi, à gare de l'Est, les manifestants chantaient "La rue, elle est a nous" et encore "Macron, on vient te chercher chez toi". Les forces de l'ordre, cibles de jets de projectiles, ont effectué des tirs de gaz lacrymogènes. 

"Trop de souffrance dans cette sous-France", peut-on lire sur une pancarte. Parmi les autres messages: "Macron Philippe, traitres au peuple", "C'est nous les gentils", "Pas touche à ma retraite", "Blanquer démission".

Mais c'est surtout à l'arrivée devant la gare de Lyon, que le face-à-face s'est durci dans ce cortège organisé pour la 62e journée de mobilisation des "gilets jaunes", avec notamment l'incendie d'une baraque de chantier à quelques mètres de l'entrée de la gare.

Les forces de l'ordre, déployées en nombre depuis le début de l'après-midi ont fait usage à de nombreuses reprises de gaz lacrymogène mais également de canon à eau. Après 18 heures, alors que les CRS appelaient les manifestants à évacuer la zone, plusieurs groupes se sont dispersés dans les rues alentours, allumant des feux de poubelles.

"Il faut dire stop à Macron"

"Il faut dire stop à Macron. Il ne comprend que le rapport de forces, alors on est là et on lâche pas", a déclaré Christophe Rampierre, un retraité de 62 ans de la "petite fonction publique territoriale". "Il y a des vies derrière les politiques que ce Monsieur veut mettre en place", a ajouté cet homme de 62 ans, gilet jaune sur le dos.

"On étouffe avec ce gouvernement qui veut nous mettre à genoux", a pour sa part expliqué Annie Moukam, une enseignante de 58 ans. "La retraite, hors de question qu'il y touche. On travaille toute notre vie pour pouvoir partir avec une retraite digne et c'est précisément ça qu'il remet en cause", a ajouté la manifestante.
Jé. M. avec AFP