BFMTV

À la Butte-aux-Cailles, des capteurs sonores exacerbent les tensions entre riverains et commerçants

La mairie veut installer début septembre des capteurs sonores et photographiques pour déterminer la provenance des bruits.

A la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement, les terrasses font chaque soir le plein. Amis et familles viennent manger ou restaurant et siroter un verre, parfois jusqu'à très tard dans la nuit. Le bruit agace les riverains, en conflit permanent avec les commerçants. Un nouvel élément exacerbe les tensions: la mairie veut installer début septembre des capteurs sonores et photographiques pour déterminer la provenance des bruits. 

Ces capteurs, appelés Méduse, développés par l'association Bruitparif. Avec leurs quatre micros, ils permettent d'établir le niveau sonore moyen dans la zone où ils sont installés et la provenance des sons. Ils possèdent également un appareil photo qui prend des clichés à 360°, floutés. Ces Méduses sont déjà installées dans certains quartiers de la capitale, notamment à Châtelet et sont expérimentées sur les chantiers du Grand Paris Express

Aucune verbalisation

"Ces capteurs seront installés aux fenêtres des gens et nous permettront de savoir les difficultés auxquels ils sont confrontés", explique Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement, qui assure qu'il n'y aura aucune verbalisation et que cette opération vise à faire de la prévention.

Les commerçants, eux, dénoncent une répression. "J'ai l'impression que nous sommes dans un système de répression", déplore l'un. "Le quartier de la Butte-aux-Cailles n'est pas plus bruyant qu'un autre", poursuit l'autre.

Outre la mesure du bruit, c'est la prise de photographies qui agacent les commerçants, qui pointent du doigt la question de la protection des données personnelles. "Il ne s’agit pas que des commerçants mais de la liberté des gens, estime à Médiapart Guy Courtois, restaurateur depuis 40 ans au Temps des cerises, une coopérative ouvrière de production. Personnellement, je n’ai pas envie d’être dans une ville où on enregistre tout." De son côté, Bruitparif assure que les photos prises sont floutées avant d’arriver sur leurs serveurs. 
Clémence Renard, Narjis Hadji et Cyrielle Cabot