BFMTV

7.000 places d'hébergement en plus pour l'hiver: "je crains que ce soit insuffisant", alerte Eric Pliez du Samu social

7.000 places supplémentaires d'hébergement d'urgence vont ouvrir cet hiver en Ile-de-France. Le président du Samu social de Paris Eric Pliez craint que le dispositif soit insuffisant, notamment en raison d'un nombre record de familles à la rue.

La préfecture d'Ile-de-France a dévoilé mercredi son dispositif de protection des sans-abri pour l'hiver. En supplément des 120.000 places ouvertes toute l'année en Ile-de-France, la préfecture s'est fixé pour objectif d'ouvrir 7.000 places d'hébergement d'urgence d'ici la fin de la période hivernale.

Mais au lendemain de cette annonce, le président du Samu social de Paris Eric Pliez s'interroge sur l'ampleur de ce dispositif.

"C'est le nombre de places de l'an dernier, or nous avons trois fois plus de demandes non pourvues, donc je crains que ce soit insuffisant", explique-t-il.

D'autre part, ces 7.000 places n'ouvriront pas toutes en même temps. Selon la préfecture d'Ile-de-France 6.195 ont pour l'instant été identifiées. Celles-ci ouvriront "selon les besoins, tout au long de la période hivernale" indique la préfecture. 

Un nombre de familles à la rue inédit 

"Et surtout on est dans une situation jamais vue, on n'a jamais eu autant de familles, insiste Eric Pliez. Pour les familles, nous avons un problème de lieu disponible, parce que les familles ne s'installent pas dans des dortoirs." 

Ainsi, dans la nuit de mercredi à jeudi, 544 familles qui avaient sollicité le Samu social n'ont pas pu trouver de place d'hébergement. En moyenne, le Samu social de Paris reçoit 20.000 appels par jour et doit faire face à "des choix impossibles".

"Par exemple ce matin, on va devoir choisir entre une femme qui est dehors depuis plusieurs jours dans les urgences des hôpitaux de Paris avec ses deux enfants et puis une autre qui sort de la maternité avec un bébé", relate le directeur du Samu social.

Au-delà du dispositif d'urgence mis en place pour l'hiver, Eric Pliez appelle à prendre des mesures sur le long terme. "Si nous n'avons pas de solution pour faire sortir les gens vers du logement abordable, nous continuerons d'entasser les personnes dans des dispositifs d'hébergement pour lesquels, pour certains, ça n'a aucun sens", insiste le président du Samu social de Paris. 

Carole Blanchard