BFMTV

Une étude établit un contact entre Amérindiens et Polynésiens il y a 800 ans

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Grégory Boissy

Des analyses d'ADN ont permis de démontrer qu'une rencontre a eu lieu entre les populations amérindiennes et polynésiennes, bien avant l'arrivée des Européens.

Ils se sont rencontrés il y a plusieurs centaines d'années, à en croire les scientifiques. Des groupes de Polynésiens ont établi vers 1200 un contact avec des Amérindiens avec lesquels ils se sont mélangés, affirme une étude parue ce mercredi dans la revue Nature et relayée par le Guardian. Une découverte établie grâce à des traces d'ADN étudiées chez les populations polynésiennes modernes.

"Ces découvertes changent notre regard sur l'un des chapitres les plus inconnus de l'histoire de notre espèce", relève auprès de l'AFP Andreas Moreno-Estrada, généticien au Laboratoire national mexicain de génomique pour la biodiversité, l'un des auteurs.

L'Amérique découverte avant Christophe Colomb?

On ignore toutefois si ce sont les groupes d'Améridiens qui ont débarqué en Polynésie ou si ce sont les Polynésiens qui sont arrivés (avant Christophe Colomb?) en Amérique avant de retourner chez eux.

La rencontre entre ces deux populations a toutefois bien eu lieu des siècles avant l'arrivée d'Européens en Polynésie ou en Amérique, affirme l'étude qui a collecté les données génétiques de plus de 800 individus issus de communautés amérindiennes ou d'îles polynésiennes.

L'étude précise aussi que ce n'est pas sur l'île de Rapa Nui - plus communément appelée l'île de Pâques - que la rencontre a eu lieu entre les deux populations.

"Il est fort probable que les Polynésiens aient atteint les Amériques, compte tenu de leurs avancées en terme de navigation et de leur abilité à traverser sur des milliers de kilomètres l'océan Pacifique", avance Alexander Ioannidis, le principal auteur de l'étude et chercheur à l'université de Stanford.

L'énigme de la patate douce

L'un des indices qui jusqu'à maintenant permettait de présumer un lien entre les Améridiens et les Polynésiens étaient la patate douce.

"Elle est originaire des Amériques mais se trouvait aussi sur des îles à des milliers de kilomètres avant tout contact européen", relève Alexander Ioannidis.

De plus, le terme employé pour désigner la patate douce en Polynésie ("kuumala") est similaire à celui des Améridiens des Andes ("cumal"). Une hypothèse contestée par d'autres chercheurs qui estiment que la patate douce aurait très bien pu arriver sur les îles polynésiennes via un morceau de bois flottant par exemple.

Les résultats de cette étude viennent toutefois conforter l'hypothèse de Thor Heyerdahl. L'anthropologue norvégien avait démontré en 1947 qu'il était tout à fait possible d'atteindre la Polynésie depuis l'Amérique du Sud et ce, grâce à un grand radeau en bois et quelques voiles.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV