BFMTV

Un oiseau gelé vieux de 46.000 ans découvert dans le sol glacé de Sibérie

BFMTV

Un oiseau gelé depuis 46.000 ans a été découvert par des chasseurs d'ivoire dans les sols gelés du nord de la Sibérie. L'animal, encore couvert de plumes, est dans un état de conservation remarquable.

Un oiseau vieux de 46.000 ans et incroyablement bien conservé a été découvert en Sibérie, selon la revue scientifique Communications Biology, rapportée par la chaîne américaine CNN. L'animal, une alouette cornue, date de la dernière période glaciaire (période géologique datée entre 110.000 et 10.000 ans avant aujourd'hui).

L'oiseau a d'abord été découvert par des chasseurs locaux à la recherche d'ivoire fossile. L'animal était enfoui dans les glaces du permafrost (le sol gelé en permanence), près du village de Belaya Gora situé dans le nord-est de la Sibérie. 

Un oiseau de l'époque glaciaire

Après sa découverte, les chasseurs ont confié l'animal gelé à une équipe de scientifiques du musée d'Histoire naturelle suédois, dont Nicolas Dussex et Love Dalén. Et la datation au radiocarbone réalisée par les chercheurs a révélé que l'oiseau avait vécu il y a 46.000 ans. Les tests génétiques, eux, ont révélé qu'il s'agissait d'une alouette cornue: une espèce d'oiseau qui pourrait être l'ancêtre de deux sous-espèces vivant encore aujourd'hui au nord de la Russie et dans les steppes mongoles. 

"Cette découverte implique que les changements climatiques qui ont eu lieu à la fin de la dernière période glaciaire ont conduit à la formation de nouvelles sous-espèces" animales, a déclaré Nicolas Dussex à CNN. Il précise que ses collègues et lui-même envisagent désormais de séquencer le génome entier de l'oiseau afin d'en savoir plus sur ses éventuels liens avec les espèces actuelles d'alouettes.
"Le fait qu'un spécimen aussi petit et fragile soit presque intact suggère que la boue s'est déposée progressivement, ou bien que le sol était suffisamment stable pour que la carcasse de l'oiseau ait été conservée dans un état très proche du sien au moment de la mort", développe le chercheur.
Jeanne Bulant