BFMTV

Science: de possibles "pluies de diamants" sur Saturne et Jupiter

A en croire les scientifiques, le phénomène des "pluies de diamants" serait assez commun dans le système solaire.

A en croire les scientifiques, le phénomène des "pluies de diamants" serait assez commun dans le système solaire. - -

Même dans leurs rêves les plus fous, les joailliers n'auraient osé l'imaginer: selon les calculs de scientifiques américains, des diamants n'arrêteraient pas de pleuvoir sur Jupiter et Saturne.

"Des pluies de diamants" dans les atmosphères de Jupiter et de Saturne. L'information, rapportée par la BBC, s'apparente à une pure fiction, et pourrait rappeler un scénario digne de Star Trek. Elle émane pourtant de scientifiques américains reconnus. Ainsi, le Docteur Kevin Baines, du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa et de l'université de Wisconsin-Madison, explique que les plus grosses gemmes pourraient avoir une taille d'un centimètre. "Assez gros pour être sertis sur un anneau, même, si bien sûr, ils ne seraient pas taillés", explique-t-il. Liz Taylor elle-même aurait été "fière de les porter", ajoute-t-il.

Des "grêlons de diamants"

Les nouvelles données atmosphériques sur ces planètes, révélées lors du 45e meeting annuel de la Division des sciences planétaires de la Société astronomique américaine, indiquent que "le cristal carbone est présent dans sa forme la plus brillante".

Lors de leur conférence, les scientifiques ont précisé comment les pierres précieuses se formeraient. De puissants éclairs frapperaient ainsi le méthane présent dans l'atmosphère et le transformeraient en suie. Cette dernière tomberait sous l'effet de la gravité et se transformerait par paliers en morceaux de graphite, puis en diamants. La transformation progressive du dépôt carboné en diamant serait causée par l'accroissement colossal de la pression et de la température. Il est ensuite supposé que ces pierres finissent leur course en fondant dans une mer liquide très chaude, présente au cœur de ces planètes. Saturne "produirait" ainsi quelque 1.000 tonnes de diamants chaque année terrestre.

Les lois de la cuisine stellaire

Comment être sûr de ce phénomène qu'on ne peut observer? En réponse à cette objection, les atmosphères de ces deux planètes étant effectivement opaques, Kevin Baines invoque les lois de la chimie. "Nous sommes plutôt sûrs de notre fait" note le chercheur, qui inclut sa consœur, du California Speciality Engineering, Mona Delitsky.

D'autres collègues nuancent la réalité de ce trésor aussi éphémère qu'insoupçonné. Pour le docteur Nadine Nettelmann de l'Université de Santa Cruz en Californie, l'hypothèse des "pluies de diamants" est viable, mais ce n'est pas le seul scénario possible. "Baines et Delitsky ont considéré que les données (des atmosphères des deux planètes) révélaient la présence de carbone, à la place d'une mixture mêlant carbone, hydrogène et hélium". En clair, tout dépend de la nature précise de l'atmosphère que les éclairs sont censés frapper.

Déjà avant Jupiter et Saturne, les planètes Neptune et Uranus étaient suspectées de renfermer des "océans de diamants". La revue scientifique Nature Physics en rendait compte en novembre 2009. Décidément, notre système solaire renfermerait quelques joyaux.

David Namias