BFMTV

Les Nuits des Etoiles: une édition dédiée aux comètes

Les comètes seront le sujet principal de cette nouvelle édition des Nuits des Etoiles.

Les comètes seront le sujet principal de cette nouvelle édition des Nuits des Etoiles. - -

Partout en France, mais aussi ailleurs, des soirées gratuites sont organisées pour les amateurs d'astronomie. Trois jours pour profiter d'un spectacle rare, simplement en levant les yeux. Le tout, lors d'une édition exceptionnelle, consacrée aux comètes. Découvrez le programme.

Trois jours, les yeux rivés vers le ciel. Comme chaque été depuis 1991, se tiennent ce week-end, de ce vendredi soir à dimanche, les Nuits des Etoiles. Une nouvelle édition qui s'annonce particulièrement prometteuse: en plus des traditionnelles étoiles filantes, très présentes dans le ciel à cette période particulière de la saison, les véritables stars seront les comètes. Explications.

La sonde Rosetta, au centre de toutes les attentions

#CometWatch 31 July - #67P through my NAVCAM http://t.co/rbk9lfQUIe pic.twitter.com/BEyI2iVnHo
— ESA Rosetta Mission (@ESA_Rosetta) 1 Août 2014

L'approche finale de la sonde européenne Rosetta, lancée en 2004, de la comète Churyumov-Gerasimenko, sera le fil conducteur des Nuits des Etoiles. Dix ans après son lancement dans l'espace, et plus de six milliards de km parcourus, la sonde Rosetta s'approchera le 6 août à 100 km de la comète Churyumov-Gerasimenko, qu'elle accompagnera par la suite dans sa course vers le Soleil. Un fait inédit dans l'histoire de l'astronomie. Elle sera la première sonde à se mettre en orbite autour d'une comète et à y déposer un robot, Philae.

L'Association française d'astronomie (AFA), qui coordonne les Nuits des Etoiles depuis 1991, s'est associée au Centre national d'études spatiales (Cnes) pour dédier l'édition 2014 aux comètes.

400 soirées gratuites, partout en France, et ailleurs

Plus de 400 soirées d'observation seront ouvertes gratuitement au public à partir de ce soir, et jusqu'à dimanche soir. L'événement est aussi organisé en Belgique, en Suisse, en Algérie ou encore à Tahiti, précise l'AFA.

Astronomes amateurs et bénévoles des clubs et associations d'astronomie expliqueront les phases d'approche de la sonde Rosetta et en montreront les premières images, qui ont révélé une comète de forme très particulière, aux allures de canard en plastique.

Ces soirées seront aussi l'occasion d'observer en famille ou entre amis la célèbre pluie d'étoiles filantes des Perséides, l'attraction incontournable des ciels nocturnes au mois d'août.

Attention à la pleine Lune

Les Perséides, aussi appelées "Larmes de Saint Laurent", sont visibles à l'œil nu sous forme de traînées lumineuses très brillantes quand elles entrent dans l'atmosphère terrestre.

Ces météores, comme les désignent les astronomes, sont des poussières échappées de la comète Swift-Tuttle. Elles croisent la trajectoire de la Terre du 17 juillet au 24 août, avec un maximum d'intensité autour du 10 août, jour de la Saint-Laurent.

Cette année le pic d'activité des Perséides devrait se présenter le 12 août, mais la Pleine Lune prévue le 10 risquant d'être gênante, les astronomes conseillent de les observer pendant les Nuits des Etoiles.

Début du spectacle vers 22h30

Le spectacle s'ouvrira au crépuscule, vers 21h00: le croissant lunaire puis les planètes Mars et Saturne entreront en scène au sud-ouest. Pour chasser les étoiles filantes, il faudra attendre la nuit tombée, vers 22h30. On pourra aussi apercevoir la galaxie d'Andromède.

Les débris de comètes s'illuminent vers 115 km d'altitude pour s'éteindre vers 90 km. Les Perséides se consument dans l'atmosphère à une température de 2.000 degrés Celsius et à une vitesse de 210.000 km/h. En une année, 100.000 tonnes de poussières brûlent ainsi dans l'atmosphère.

Pas besoin d'équipement spécifique

Pour observer les Perséides, nul besoin de jumelles ou d'un télescope. Les yeux suffisent. "Seul l'œil offre une vision 'grand angle' qui restituera l'ampleur du phénomène", souligne l'AFA.

Il est quand même conseillé de choisir un endroit dégagé, à l'écart des fortes lumières des zones urbaines.

Jé. M. avec AFP