BFMTV

La sonde Dawn est en orbite autour de la planète naine Cérès

Vue d'artiste de la sonde de la Nasa Dawn.

Vue d'artiste de la sonde de la Nasa Dawn. - NASA/JPL-Caltech

Dawn, la sonde de la Nasa va rester autour de la planète naine Cérès pendant 16 mois. Ses observations devraient permettre de mieux comprendre la formation du système solaire.

"C'est confirmé: je suis en orbite autour de Cérès". C'est par un message sur Twitter que la sonde américaine Dawn a confirmé avoir réussi ce vendredi son entrée sur l'orbite de Cérès, la plus petite planète naine du système solaire. Il s'agit là de la première visite d'un vaisseau d'exploration automatique autour d'un tel corps céleste.

Dawn, qui a été capturée par la gravité de Cérès à environ 12h39 GMT, entame ainsi seize mois d'exploration rapprochée de la surface de cette petite planète dont le diamètre est de 950 km, qui devrait permettre d'en percer les mystères et de mieux comprendre la formation du système solaire, il y a 4,6 milliards d'années. Théoriquement, la sonde a dû se mettre sur une orbite polaire autour de Cérès à 13.500 km et se rapprochera de la planète, au plus près à environ 375 km à la fin novembre.

La "mission historique" de Dawn

"L'étude de Cérès nous permet de remonter dans l'histoire de l'espace et les données recueillies par Dawn pourraient aboutir à des percées importantes dans la compréhension de la formation du système solaire", a expliqué Jim Green, directeur de la division science planétaire à la Nasa, lors d'une conférence de presse.

"Dawn est en passe d'effectuer une mission historique", a expliqué Robert Mase, le responsable de ce projet au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa. Il s'agit de la première sonde à explorer d'aussi près une planète naine, le plus gros objet connu de la ceinture d'astéroïdes du système solaire située entre les orbites de Mars et de Jupiter. "Notre équipe est prête et impatiente de découvrir ce que renferme Cérès", a-t-il ajouté.

Deux mystérieux points particulièrement brillants

Les plus récentes images prises par la sonde à 40.000 kilomètres de Cérès révèlent de nombreux cratères et deux points exceptionnellement brillants, proches l'un de l'autre, dans un même bassin que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer.

"L'équipe de Dawn est vraiment enthousiasmée par ce phénomène car c'est unique dans le système solaire", a dit Carol Raymond, responsable scientifique de la mission.

"Nous pourrons en expliquer l'origine quand nous nous rapprocherons de la surface de Cérès et le mystère sera alors résolu", a-t-elle ajouté devant la presse, indiquant que ces points exceptionnellement lumineux pourraient être la réflexion de glace ou de sel. Cette scientifique a aussi estimé que Cérès avait "un potentiel exobiologique" et pourrait abriter des micro-organismes.

Des émissions localisées et intermittentes de vapeur d'eau avaient été détectées pour la première fois autour de Cérès entre novembre 2012 et mars 2013 par le puissant télescope spatial européen Herschel.

Confirmed: I am in orbit around #Ceres http://t.co/BeOfCBefeM pic.twitter.com/b8FIZ8kZiK
— NASA's Dawn Mission (@NASA_Dawn) 6 Mars 2015

De la vapeur d'eau 

Cérès relâche de la vapeur d'eau à raison de 6 kilos par seconde, a calculé l'équipe d'astronomes conduite par Michael Küppers, de l'Agence spatiale européenne. Il s'agit de la première détection de vapeur d'eau autour d'un astéroïde, avaient alors souligné ces scientifiques qui n'ont aucun lien avec la mission Dawn.

Alors que Dawn s'approchera de plus en plus de Cérès, les scientifiques chercheront des indications d'une activité géologique. Avant d'aller étudier Cérès, Dawn, qui pèse 1,21 tonne, avait exploré Vesta, un des plus gros astéroïdes du système solaire, autour duquel elle est restée en orbite un an à partir de juillet 2011. Vesta est un grand rocher de forme irrégulière, sans traces d'eau, avec un noyau de fer, d'un diamètre moyen de 520 km.

Lancée en 2007, Dawn, une mission de 473 millions de dollars, est équipée d'une caméra à très haute définition et de deux spectromètres. Elle est dotée d'un moteur électrique à propulsion ionique qui assure une poussée constante permettant d'atteindre de très grandes vitesses.

A. D. avec AFP