BFMTV

La France reconstitue les stocks d'iode de l'Outre-Mer

LES MESURES DE PRÉCAUTION EN CAS DE NUAGE RADIOACTIF

LES MESURES DE PRÉCAUTION EN CAS DE NUAGE RADIOACTIF - -

PARIS (Reuters) - Par mesure de précaution face au risque nucléaire au Japon, la France va mettre à niveau les stocks de pastilles d'iode dans ses...

PARIS (Reuters) - Par mesure de précaution face au risque nucléaire au Japon, la France va mettre à niveau les stocks de pastilles d'iode dans ses territoires du Pacifique et à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Il n'est pas question de distribuer ces pastilles pour l'instant, précise-t-on au ministère de l'Outre-Mer.

L'iode peut prévenir le cancer de la thyroïde en cas d'exposition radioactive lors d'un accident nucléaire.

La France va "remettre à niveau les réserves de comprimés d'iode à Wallis-et-Futuna, en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie et à Saint-Pierre-et-Miquelon", a-t-on ajouté de même source.

La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a insisté mercredi sur le fait qu'il n'y avait au stade actuel aucune retombée radioactive venue de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima sur des territoires français.

"Tout ceci est en cours de modélisation et les alertes nécessaires seront données s'il y avait lieu", a-t-elle dit à l'Assemblée nationale, lors d'une réunion sur la crise nucléaire.

"Si on va au bout du scénario catastrophe (...), il peut y avoir des retombées dans une large partie de l'hémisphère Nord, y compris dans de petites proportions en France métropolitaine", a-t-elle expliqué.

"Ce ne seront jamais des choses, des niveaux de retombées qui poseraient un problème sanitaire. Elles seraient mesurées, rendues publiques en toute transparence", a-t-elle assuré.

En ce qui concerne l'Outre-Mer, les territoires du Pacifique Sud ne sont pas les premiers concernés en raison des vents. Mais, a-t-elle dit, "ça ne veut pas dire qu'il faut s'alarmer pour Saint-Pierre-et-Miquelon".

"Je le redis: à ce stade, aucune retombée radioactive aussi lointaine ne peut être envisagée sur la base des événements actuels", a insisté la ministre de l'Ecologie.

Service France, édité par Gilles Trequesser

REUTERS