BFMTV

L’un dans l’espace, l’autre sur Terre: l’expérience historique de jumeaux astronautes

Scott Kelly (en photo) a décollé vendredi pour un an dans la Station spatiale internationale. Des scientifiques vont analyser la façon dont son corps évolue avec celle de son jumeau Mark, lui aussi astronaute mais resté sur Terre.

Scott Kelly (en photo) a décollé vendredi pour un an dans la Station spatiale internationale. Des scientifiques vont analyser la façon dont son corps évolue avec celle de son jumeau Mark, lui aussi astronaute mais resté sur Terre. - Capture NASA TV

Scott et Mark Kelly, 51 ans, sont "vrais" jumeaux, tous deux astronautes à la NASA. Pendant un an, des scientifiques vont analyser la façon dont évoluent le corps de Scott, qui a décollé vendredi pour une mission à la station spatiale internationale, et celui de Mark, resté sur Terre. Une première.

Une très lointaine et longue séparation. Pour comprendre comment un long voyage dans l’espace affecte le corps humain, deux jumeaux identiques, astronautes à la NASA, se sont lancés la semaine dernière dans une expérience encore jamais menée. L’un, Scott Kelly, a décollé pour une mission d’un an dans l’espace, tandis que son frère Mark va continuer à mener une vie normale sur Terre. Et pendant tout ce laps de temps, des scientifiques vont scruter l’évolution de leur corps et de leur santé.

Une première

Scott Kelly, 51 ans, a décollé vendredi dernier, laissant derrière lui sa compagne et ses deux enfants. Avec un cosmonaute russe, Mikhail Kornienko, l’Américain a embarqué depuis le Kazakhstan à bord d’une fusée Soyouz. Direction la Station spatiale internationale (ISS).

Scott, qui a déjà passé six mois à bord de la station en 2010-2011, va doubler la mise pour y passer cette fois un an (342 jours pour être exact). Une durée qui constituerait un record: jusque-là, la mission la plus longue d’un astronaute de la NASA dans la station avait duré un peu plus de sept mois, du 18 septembre 2006 au 21 avril 2007, note CNN, qui titre sur une “mission qui marquera l’histoire américaine”.

“Je me sens reconnaissant et privilégié d’avoir cette opportunité unique d’être le premier Américain à faire ça, même si ce sera un dur voyage de rester dans l’espace aussi longtemps”, a déclaré l’astronaute avant de partir, selon des propos rapportés par Fox News.

Son frère Mark, astronaute retraité, poursuivra de son côté sa routine à Houston (Texas). “J’ai la mission la plus facile, lui a la plus amusante”, a-t-il commenté dans une interview à MSNBC. “Passer un an dans l’espace est une chose très difficile à faire. Imaginez ce que c’est d’aller au bureau et devoir y rester pendant un an, sans pouvoir sortir une seule fois!”

Plus de 400 expériences scientifiques dans l'espace

Pendant tout le temps de la mission, des scientifiques de 12 universités vont surveiller les prélèvements sanguins de Mark, ses activités sportives, et sa santé en général. Des données qu’ils compareront à celles de son jumeau, envoyées depuis la Station spatiale internationale. Car de leur côté, Scott Kelly et Mikhail Kornienko participeront à plus de 400 expériences scientifiques pendant les douze mois qu’ils passeront dans la station.

Le but? Mieux comprendre comment un long voyage dans l’espace impacte les astronautes (perte osseuse, perte musculaire, troubles de la vision, possibles troubles psychiques dûs à la solitude et l’isolement dans un espace confiné). Dans l’espace, Scott passera environ un tiers de sa journée à des activités sportives, dans l’espoir de lutter contre l’atrophie musculaire. Mark mènera lui son entraînement physique habituel. “J’ai l’espoir que nous découvrions si les mesures d’atténuation que nous avons trouvées pour la perte osseuse et la perte musculaire sont efficaces et si elles marchent”, a expliqué Scott.

Les résultats de cette étude pourraient être d’une aide cruciale pour préparer un voyage sur Mars, pour lequel il faudrait compter au moins six mois de voyage aller, du temps pour quelques recherches sur place, et six mois de voyage retour. Si toutefois il était possible de revenir de la planète rouge: en octobre dernier, une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) concluait que les pionniers commenceraient à mourir après 68 jours sur place. 

V. R.