BFMTV

L'activité des supervolcans des Campi Flegrei inquiète la région de Naples

Des fumerolles dans les Campi Flegrei en 2013.

Des fumerolles dans les Campi Flegrei en 2013. - Carmine Minopoli - AFP

Le magma s'accumule sous les cratères de la région volcanique des Campi Flegrei, dans le sud de l'Italie. Ce phénomène inquiète vivement les scientifiques, qui rappellent qu'une éruption dans ce secteur serait synonyme de catastrophe humaine majeure.

Les Napolitains et autres habitants de la botte italienne ont de quoi être préoccupés par cette étude scientifique publiée dans Nature communications et relayée ici par le site britannique The Independent. Cette dernière insiste sur le fait que les volcans des Campi Flegrei, situés à l’ouest de Naples, approchent probablement un point de pression critique, préalable à une éruption. Si elle se produisait, ce serait la première en 500 ans.

Une très ancienne et très dangereuse région volcanique

Cette nouvelle n’a rien d’anodin. Les Campi Flegrei, c’est-à-dire les Champs Phlégréens, comme les avaient appelés les colons grecs de l’Antiquité, forment une région volcanique très puissante. Cette caldeira, c’est-à-dire une dépression géologique d’origine volcanique, a été formée il y a 39.000 ans après la plus grande éruption que l’Europe ait connue ces 200.000 dernières années.

Plus près de nous, en 2005, les volcans des environs sont entrés dans une phase de soulèvement, c’est-à-dire d'accumulation de magma. Une activité qui a poussé les autorités italiennes à rehausser le niveau d’alerte, passé de "vert" à "jaune", en 2012.

Les experts, chargés depuis lors de garder un œil sur les cratères et surtout sur les phénomènes qu’ils cachent, ne donnent pas spécialement dans l’optimisme: "Ces régions peuvent voir émerger les seules éruptions susceptibles d’avoir des effets catastrophiques au plan global, comparables aux grands impacts de météorites", prévient Giuseppe de Natale, qui patronne une mission de surveillance de ces volcans.

Les supervolcans démultiplient le péril

Giovanni Chiodini, qui a dirigé l’étude parue dans Nature communications, va plus loin. Une éruption des Campi Flegrei serait "très dangereuse" pour les trois millions de résidents que comptent les environs.

Le scientifique détaille le processus d’un tel désastre: le magma, à force de s’accroître, libère des fluides et des gaz à un taux dix fois supérieur à la normale. Une vapeur extrêmement chaude se répand alors dans les roches, ce qui peut pousser celles-ci à perdre "leur résistance mécanique, provoquant une accélération du phénomène". La menace est d’autant plus grande que les volcans des Champs Phlégréens ne sont pas de simples volcans mais des supervolcans. Sous ce terme, on désigne des cratères à même d’éjecter plus de 1.000 km3 de matière (pierres, cendres) lors d’une éruption.

R.V.