BFMTV

Des images inédites du Soleil capturées par le plus gros télescope d'Europe

Une tâche solaire, observée en détail par le télescope européen GREGOR.

Une tâche solaire, observée en détail par le télescope européen GREGOR. - Institut Leibniz pour la physique solaire (KIS)

Piloté par un groupe de chercheurs de l'institut Leibniz pour la physique solaire, le télescope GREGOR a livré lundi les images les plus précises du Soleil capturées depuis l'Europe.

C'est une première européenne. Mardi, les scientifiques de l'institut Leibniz pour la physique solaire ont dévoilé de nouveaux clichés du Soleil d'une résolution inédite, rapporte Numerama. Capturées par le télescope GREGOR, qui se trouve à l'Observatoire du Teide, dans les îles Canaries, ce sont les images les plus précises de l'étoile obtenues depuis un point d'observation situé en Europe.

Le télescope GREGOR situé à l'observatoire du Teide, dans les îles Canaries.
Le télescope GREGOR situé à l'observatoire du Teide, dans les îles Canaries. © Institut Leibniz pour la physique solaire (KIS)

Inauguré en 2012 et remis à niveau il y a deux ans, le télescope GREGOR permet désormais aux astronomes d'observer des détails représentant 50 km à la surface du Soleil: un niveau de précision impressionnant puisque le diamètre atteint presque 1,4 million de kilomètres. Selon l'institut Leibniz pour la physique solaire, cela équivaut à voir une aiguille sur un terrain de football à 1 kilomètre de distance.

Les tâches solaires observées en détail

Les clichés capturés par le télescope permettent aux scientifiques d'observer précisemment et d'étudier, entre autres, les champs magnétiques, les éruptions solaires ou encore les tâches solaires.

La complexité des champs magnétiques solaires capturée par le télescope GREGOR en haute résolution.
La complexité des champs magnétiques solaires capturée par le télescope GREGOR en haute résolution. © Institut Leibniz pour la physique solaire

Ce sont ces dernières qui sont représentées sur les images dévoilées le 1er septembre par l'institut Leibniz pour la physique solaire, précise Numerama. Les tâches solaires sont des régions de la surface du Soleil marquées par une température moins élevée que celle de son environnement. Abritant une activité magnétique intenses, ce sont d'elles que proviennent essentiellement les éruptions solaires.

"Nous avons désormais des instruments suffisamment puissants pour résoudre certaines énigmes sur le Soleil", s'est enthousiasmée la docteure Svetlana Berdyugina, directrice de l'institut Leibniz pour la physique solaire, dans un communiqué de l'institut.

Un travail difficile

La publication de ces clichés représente l'aboutissement d'un travail de longue haleine perturbé par la pandémie de coronavirus. Bloqués à l'observatoire pendant le confinement, les scientifiques avaient réalisé une avancée majeure au mois de mars. Mais leurs projets d'observation du Soleil ont été perturbés par les tempêtes de neiges qui ont balayé le Teide, volcan des Canaries sur lequel se trouve l'observatoire.

L'équipe n'a pu reprendre ses travaux qu'au mois de juin, après la réouverture des frontières espagnoles, et ainsi obtenir les images présentées le 1er septembre.

Une nouvelle avancée

Plus tôt dans l'été, une autre avancée majeure avait été réalisée dans le domaine de l'observation et de la physique solaire. La sonde euro-américaine Solar Orbiter avait livré les images les plus rapprochées jamais prises du Soleil, capturées à environ 77 millions de kilomètres de l'étoile, et mis en évidence le phénomène des "feux de camps".

La nouvelle avancée réalisée par les scientifiques de l'institut Leibniz pour la physique solaire n'est pas du même ordre: ici c'est la résolution des images et non la proximité du télescope avec le Soleil qui représente l'exploit.

Maëllyss Hedin Journaliste BFMTV