BFMTV

Canicule: quels risques sur notre santé?

Une "vigilance absolue" est de mise, ce jeudi, alors que Météo France prévoit des températures dépassant les 40°C sur le nord du pays. Mais alors que les services publics multiplient les appels à la prudence, quels dangers ces chaleurs exceptionnelles font-elles peser sur notre corps?

Pour la deuxième fois en quelques semaines, la France est confrontée à un épisode caniculaire d'une "intensité exceptionnelle". Pas moins de 20 départements du nord du pays ont été placés en vigilance rouge, ce mercredi, car les températures devraient allègrement dépasser la barre des 40°C, notamment jeudi. 42°C voire 43°C sont attendus localement, notamment à Paris.

Dans des circonstances aussi exceptionnelles, les autorités appellent à faire preuve d'"une vigilance absolue", même pour les sujets en bonne santé. Alors quels sont les effets de la canicule sur notre corps, et à quoi faut-il être particulièrement vigilant?

En cas de températures caniculaires, l'organisme va chercher à s'adapter, peut-on lire sur Ameli.fr, le site de l'Assurance maladie. Donc dès que la température corporelle dépasse les 37°C, le corps met en action différents mécanismes de régulation thermique.

  • "Personne n'est sans risque"

Afin d'éliminer le surplus de chaleur auquel il est confronté, le corps se met à transpirer davantage et la respiration s’accélère. "La chaleur est alors éliminée via l’eau et la vapeur d’eau rejetées", précise Ameli.fr. Par ailleurs, les vaisseaux sanguins situés à la surface de la peau augmentent de diamètre pour refroidir le sang: on parle de vasodilatation.

En juin dernier, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon avait déjà mis en garde, en insistant sur le fait que "tout le monde était concerné, et non pas seulement les personnes sensibles et les enfants". "Personne n'est sans risque face à de telles températures", a aussi souligné la ministre de la Santé Agnès Buzyn ce mercredi.

  • Une température corporelle trop élevée

Attention au fameux "coup de chaleur", encore appelé "hyperthermie" qui peut s'avérer mortel. Santé Publique France indique qu'une personne qui ne transpire pas assez a une température corporelle qui augmente et ne peut ainsi pas se maintenir à 37°C".

"À 41, 42, 43 degrés, un homme en pleine santé ne doit pas faire du jogging car il prend un risque majeur pour sa vie, même chose pour la famille en pleine santé qui décide de prendre sa voiture et d'utiliser l'autoroute sans aucune prévention", avait également prévenu Jérôme Salomon en juin dernier. 

"Des somnolences, des malaises vagaux, des pertes de connaissance soudaines et une respiration accélérée" peuvent survenir lorsque la température du corps atteint ou dépasse le seuil des 39°C, rapporte Patricia Lefébure, porte-parole de la fédération des Médecins de France sur notre plateau ce mercredi soir.

"Au-dessus de 37°C, notre corps fait un effort considérable pour se refroidir" et avec un effort sportif, "on aggrave considérablement le risque de voir la température du corps augmenter", expliquait en juin dernier Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital européen Georges Pompidou à BFMTV.
  • Le risque de la déshydratation

Pour éviter de souffrir des fortes chaleurs, il est donc particulièrement important d'être hydraté régulièrement afin de permettre au corps de suer suffisamment. Cette recommandation vaut d'autant plus pour les jeunes enfants ou encore les personnes âgées qui ressentent moins la soif.

Dans de telles conditions climatiques, les professionnels de santé recommandent de boire entre 2 et 4 litres d'eau par jour, en fonction de son activité physique et de ses déplacements. Ils incitent à privilégier l'eau, "boisson reine en cas de canicule". 

Christian Recchia, médecin consultant RMC, suggérait sur notre antenne d'éviter "le thé" qui augmente l'excrétion de l'urine, "c'est-à-dire que si vous buvez un bol de thé, vous en urinez 1.2 voire 1.3 bols".

"Lors d'une canicule de 48 heures comme maintenant, on exclut le thé, le café mais surtout les boissons alcoolisées qui ne sont pas désaltérantes contrairement aux idées reçues. La bière qui rafraîchit et désaltère, c'est une fausse sensation!", met encore en garde le médecin. 
  • Les personnes fragiles à surveiller

Certains publics sont plus sensibles aux effets de la canicule. Le site de l'Assurance maladie précise qu'il est important de garder à l'oeil les personnes âgées, les jeunes enfants, les personnes handicapées ou sous traitement médical pour qui "la chaleur peut être plus pénible à supporter, voire pour qui celle-ci accentue les symptômes".

Le site met également en garde les personnes âgées ou en perte d'autonomie "qui perçoivent moins bien la chaleur et dont la sensation de soif est atténuée, même lorsqu’elles ont besoin de boire", d'autant que leur capacité à transpirer diminue elle-aussi.

La canicule qui avait étouffé la France à la fin du mois de juin avait fait plusieurs victimes parmi la population, et 15 services départementaux d'incendie et de secours, situés dans les zones de vigilance canicule, avaient fait remonter une activité particulièrement soutenue.

Jeanne Bulant