BFMTV

Aude: un sinistré laisse éclater sa colère devant le maire de Trèbes et le Premier ministre

Un habitant a laissé exploser sa colère ce lundi face au maire de Trèbes et au Premier ministre. Le sinistré s'en est pris à la gestion de la commune et au manque d'information des habitants, alors que des pluies records s'abattaient sur le département de l'Aude dans la nuit de dimanche à lundi.

Un habitant sinistré de l'Aude a laissé éclaté sa colère ce lundi soir face au maire de la commune de Trèbes, Eric Menassi, et au Premier ministre Edouard Philippe.

Alors que le maire et le chef du gouvernement se déplacent dans une salle communale pour rendre visite à des naufragés des inondations qui ont coûté la vie à 12 personnes ce lundi, l'élu Eric Menassi est invectivé par un habitant furieux: "J'ai un mètre de flotte dans la baraque: vigilance orange?" lance d'abord l'homme, tandis que le maire essaie de le calmer.

"Personne ne peut envoyer des camions de pompiers?"

"Non attendez, moi j'ai perdu des animaux, il y a des gens qui sont morts donc ne me dites pas 'monsieur'" réplique-t-il, toujours face au Premier ministre et à l'élu. "Il y a des trucs! On savait qu'il y avait la tempête Leslie qui arrivait, on savait qu'il y avait de la flotte qui venait de la Méditerranée. Il y avait peut-être un moment où il fallait se dire 'ouais, c'est peut-être dangereux'. L'Aude c'est pas un cours d'eau tranquille" tonne-t-il encore.

Une femme âgée prend alors la parole et renchérit: "De toute façon personne ne nous a rien dit!". L'homme, désemparé, poursuit de plus belle et remet en question la prise en charge nocturne de la commune, lorsque les pluies diluviennes sont tombées sur l'Aude.

"Personne ne peut surveiller l'Aude et envoyer des camions de pompiers dans les rues pour dire 'Monsieur, sortez de chez vous, on vous évacue'? Personne ne pouvait faire ça?"

Un épisode météo "imprévisible"

De nombreux habitants ont regretté d'avoir été alertés trop tard de l'ampleur de ces précipitations, la vigilance rouge aux pluies-inondations n'ayant été déclenchée qu'à 6 heures ce lundi matin.

D'autres, comme cet habitant de Trèbes, considèrent que davantage aurait dû être fait par les communes pour évacuer convenablement les habitants et éviter les cas de personnes bloquées à l'intérieur de leur domicile.

"La tragédie que nous avons vécue était imprévisible et insurmontable." s'est défendu Eric Ménassi, maire de Trèbes, aux côtés du chef du gouvernement et face à des sinistrés hagards qui ont trouvé refuge dans cette salle communale. "Nous étions sur place avec toutes mes équipes depuis minuit" explique-t-il. "Les fortes pluies sont arrivées aux alentours de 2 heures du matin et sont arrivées d'une manière extrêmement soudaine".

Edouard Philippe a lui aussi estimé que l'épisode météorologique était "par lui-même imprévisible" et rappelé que les services de l'Etat avaient tous été mobilisés pour faire face à cette tragédie.

Jeanne Bulant