BFMTV

Val-d'Oise: la détection de 27 cas de coronavirus inquiète à Sarcelles

À la suite de l'apparition de 27 cas en seulement une semaine, la mairie de Sarcelles appelle au calme mais assure que des mesures vont être prises pour limiter les risques de contamination. De son côté, l'ARS surveille la situation mais refuse pour l'instant de parler de cluster.

L'Ile-de-France est passée en "zone verte", mais le coronavirus n'a pas pour autant disparu dans la région. À Sarcelles, dans le Val-d'Oise, 27 cas de coronavirus ont par exemple été confirmés ces sept derniers jours. Dans la commune, 7,1% des tests de dépistage effectués se sont révélés positifs, un taux bien supérieur à celui enregistré en moyenne en Ile-de-France, qui s'élève à seulement 1,9%. Des cas qui inquiètent les habitants de Sarcelles.

"C'est pas évident, parce que c'est quelque chose qu'on ne maîtrise pas, ça reste un virus qu'on ne contrôle pas encore", explique une habitante au micro de BFM Paris.

"Il est trop tôt pour dire qu'il y a une deuxième vague"

Face à cette sur-représentation des cas de Covid-19 à Sarcelles, un dispositif spécial a été mis en place pour limiter les risques de contamination. Les brigades chargées de tracer les "cas contacts" redoublent d'efforts et les opérations gratuites de dépistage se sont multipliées, assure la mairie.

"Comme ça, on saura si cette contamination est ancienne ou nouvelle", explique Patrick Haddad, maire de Sarcelles "À partir de là, on pourra savoir si ces tests positifs sont la fin de la première vague, où le début d'une nouvelle. Mais il est trop tôt pour dire qu'il y a une deuxième vague."

En attendant de plus nombreux résultats, Patrick Haddad a décidé de suspendre la réouverture de certains lieux prévus lundi, comme la bibliothèque ou la piscine de la ville. L'ancien maire de la ville, le député François Pupponi, appelle lui aussi au calme, assurant que "la situation est sous contrôle" et qu'il n'y a pour l'instant pas "d'explosion de l'épidémie" à Sarcelles.

Neuf clusters franciliens

De son côté, l'Agence régionale de santé refuse pour le moment de parler de foyer épidémique à Sarcelles. "C'est résultats montre une incidence locale élevée, mais ne révèlent pas à date de cluster. Ils ne sont pas suffisamment significatifs pour en déduire une reprise épidémique", juge l'organisme, qui annonce tout de même que ses efforts seront concentrés sur Sarcelles pour éviter un redémarrage de l'épidémie.

En ce moment, pas moins de neuf foyers épidémiques sont actuellement actifs en Ile-de-France, a par ailleurs dévoilé l'ARS. On en trouve trois à Paris, un dans le Val-de-Marne, deux en Seine-et-Marne et trois dans les Yvelines.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions