BFMTV

Vaccin anti-Covid: le plan du gouvernement pour passer à la vitesse supérieure

Dimanche soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a organisé une réunion avec les patrons des différentes Agences régionales de santé.

Officiellement, on comprend que le gouvernement entend accélérer le tempo... mais doucement. Dimanche soir, alors que l'exécutif est sous le feu des critiques en raison de la lenteur de sa campagne vaccinale contre le Covid-19, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a réuni les directeurs des Agences régionales de santé. L'objet de la réunion: opérer les derniers réglages sur le calendrier des vaccinations sur le territoire.

D'ici la mi-janvier, 300 Ehpad et établissements de soins de longue durée vont recevoir des vaccins. L'élargissement progressif se fera ensuite aux 10.000 Ehpad de France.

Olivier Véran a par ailleurs annoncé la semaine dernière que la vaccination serait ouverte à compter de ce lundi aux soignants âgés de plus de 50 ans et à ceux qui présentent une comorbidité. Cela représente environ 1,2 million de personnes travaillant à l'hôpital ou en médecine de ville.

Des centres de vaccination pour les soignants

Si le ministre de la Santé a exprimé par le passé son opposition au principe des "vaccinodromes", on sait désormais que ces soignants pourront se faire vacciner dans des centres spécifiques.

Dans un premier temps, il n'y aura qu'un seul centre de vaccination par département, donc une centaine si l'on compte l'outre-mer. Chacun sera équipé d'un congélateur adapté, le vaccin de Pfizer nécessitant d'être stocké à -80 degrés et ne pouvant être injecté que cinq jours maximum après décongélation.

Ces centres vont également servir de bases de stockage pour fournir ensuite des doses à des hôpitaux, qui eux-mêmes pourront vacciner leurs personnels sur place. Ils seront ensuite appelés à jouer un rôle dans l'élargissement de la vaccination. Tous seront a priori installés dans des lieux médicaux et non dans des barnums ou des gymnases, ce que souhaite éviter Olivier Véran.

Reste à savoir si ce rythme de démarrage très progressif saura rassurer une majorité de Français, pour l'heure méfiante vis-à-vis du vaccin contre le Covid-19.

Céline Moncel avec Jules Pecnard