BFMTV
Santé

Une deuxième patiente pourrait avoir "guéri" du VIH de manière naturelle, sans aucun traitement

VIH-1 en formation (en vert). (image d'illustration)

VIH-1 en formation (en vert). (image d'illustration) - Wikimedia

Cette découverte soutient l'espoir que le système immunitaire humain est suffisamment puissant pour éliminer le virus et donc que l'on puisse soigner un grand nombre de patients atteints dans le futur.

Des chercheurs ont trouvé une deuxième patiente ayant réussi à se débarrasser du VIH (virus de l'immunodéficience humaine, pouvant conduire au sida), sans traitement médical. Cette découverte soutient l'espoir qu'il sera peut-être possible un jour de trouver un moyen de soigner un grand nombre de personnes de ce virus.

L'étude publiée ce mardi dans la revue Annals of Internal Medicine présente une patiente anonyme originaire d'Argentine qui a été diagnostiquée avec le VIH en 2013. Depuis 2017, des scientifiques travaillent sur l'ADN de la jeune femme de 30 ans pour y déceler des traces du virus. L'analyse de milliards de ses cellules a montré qu'elle avait déjà été infectée par le VIH mais, au cours de l'analyse, les chercheurs n'ont plus trouvé de virus intact capable de se répliquer. Signe que la patiente est exempte du VIH.

"Cela nous donne l'espoir que le système immunitaire humain est suffisamment puissant pour contrôler le VIH et éliminer tout le virus fonctionnel", affirme le Dr Xu Yu, un des auteurs de l'étude, à CNN.

Quatre personnes ont guéri du VIH

Avant elle, seule une autre personne avait éliminé le virus de son corps sans traitement. Il s'agit de Loreen Willenburg, connue sous le nom de "patiente de San Francisco". Avec la nouvelle patiente argentine, elles sont les deux seules "contrôleuses d'élite" connues, ces personnes séropositives dont le système immunitaire supprime naturellement le virus.

"Une guérison stérilisante du VIH n'a été observée auparavant que chez deux patients ayant reçu une greffe de moelle osseuse hautement toxique. Notre étude montre qu'une telle guérison peut également être obtenue au cours d'une infection naturelle, en l'absence de greffe de moelle osseuse (ou de tout type de traitement)", explique le Dr Xu Yu.

En effet, deux personnes, le "patient de Berlin" et le "patient de Londres", ont pu être débarrassées du VIH à la suite d'une greffe. Il s'agit néanmoins d'une opération lourde, compliquée et risquée. De nombreuses autres personnes vivent avec le virus grâce à une thérapie antirétrovirale qui empêche sa réplication.

"Esperanza"

En mars 2020, la patiente argentine a accouché d'une petite fille, séronégative, et est enceinte de son deuxième enfant. Elle est surnommée, par les scientifiques, la "patiente Esperanza", étant originaire de la ville d'Esperanza, mais également car ce terme signifie "espoir" en espagnol.

"Le simple fait de penser que mon état pourrait contribuer à la réalisation d'un remède contre ce virus me fait ressentir une grande responsabilité et un grand engagement pour que cela devienne une réalité", a déclaré la patiente à STAT.

Les chercheurs auteurs de l'étude ne savent pas exactement comment l'organisme de la patiente Esperanza a éliminé le virus. Néanmoins, l'exemple d'une telle guérison naturelle suggère que les efforts actuels pour trouver un remède à l'infection par le VIH ne sont pas vains. Et que les perspectives de parvenir à une "génération sans Sida" pourraient finalement être couronnées de succès, poursuit le Dr Xu Yu.

Environ 38 millions de personnes vivent avec une infection au VIH dans le monde, selon ONUSida. En l'absence de traitement, l'infection peut conduire au syndrome d'immunodéficience acquise, le sida. En 2020, environ 680.000 personnes sont mortes de maladies liées au sida dans le monde.

Salomé Robles