BFMTV

Tablettes et smartphones réduisent le temps de sommeil des enfants

L'utilisation de tablette avant de se coucher n'est pas recommandée.

L'utilisation de tablette avant de se coucher n'est pas recommandée. - Justin Sullivan - Getty Images/AFP

Une étude américaine publiée lundi confirme les doutes de certains parents: les enfants qui ont accès à des écrans dans leur chambre dorment moins.

Le bon sens pouvait le laisser présager, c'est désormais prouvé scientifiquement: les enfants qui possèdent une tablette ou un smartphone dans leur chambre bénéficient de moins de sommeil que ceux qui n'en ont pas, pointe une étude américaine publiée lundi.

Sur 2.000 collégiens étudiés, ceux qui disposent de tablettes et de smartphones dans leur chambre la nuit dorment en moyenne 21 minutes de moins que leurs camarades qui n'en sont pas dotés, selon cette recherche publiée dans la revue américaine Pediatrics. En outre, les enfants qui ont une télévision au pied de leur lit voient leur sommeil amputé de 18 minutes par rapport à ceux qui n'ont pas de télécommande à portée de main.

"Ces résultats doivent servir de mise en garde contre un accès illimité à des écrans dans les chambres d'enfants", soulignent les auteurs de l'étude emmenés par Jennifer Falbe de l'institut de Santé publique à l'Université de Californie.

Les effets néfastes de la lumière bleue

"Bien que tout type de lumière peut supprimer la libération de mélatonine (l'hormone du sommeil, ndlr), la lumière bleue émise par les appareils électroniques a un fort impact sur la libération de la mélatonine," explique l'étude. "Le contenu peut être émotionnellement engageant et excitant."

Les smartphones et tablettes "volent le gamin de la routine nocturne, de la façon d'aller au lit et s'endormir", explique Michele Borba, experte de la parentalité pour Today de NBCnews.

Un sommeil moins réparateur aux effets physiologiques

Une précédente étude montrait d'autres effets néfastes de l'utilisation de tablettes avant de se coucher. Réalisée par le Brigham and Women's Hospital de Boston, cette étude souligne que les écrans, en particulier les tablettes, empêchent les lecteurs d'avoir un sommeil réparateur.

Les lecteurs sur tablette sont également plus fatigués le lendemain, expliquent les scientifiques, et ce même s'ils ont dormi huit heures. Selon le docteur Anne-Marie Chang, en charge de cette étude, cela peut aussi entraîner des effets physiologiques tels que l'obésité, le diabète ou même des maladies cardio-vasculaires.

L'étude a été menée sur 2.048 enfants entre 10 et 13 ans, scolarisés dans le Massachusetts (nord-est des Etats-Unis).

M. P. et A. G. avec AFP