BFMTV

Risque "très élevé" d'allergies aux cyprès sur le pourtour méditerranéen

La saison des allergies est lancée.

La saison des allergies est lancée. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Huit départements autour de la mer Méditerranée sont touchés par un risque "très élevé" de risque allergique, en raison des pollens de cyprès. Le reste du territoire, lui, reste relativement épargné par le risque allergène.

Difficile d'y échapper. Le retour des beaux jours s'accompagne nécessairement de la pollinisation saisonnière, et des allergies qui s'ensuivent.

Depuis le 22 mars dernier, le Sud-Est de la France est confronté à un risque "très élevé" d'allergies aux pollens de cyprès, d'après le dernier bulletin du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

Bien que leur concentration commence à baisser, les pollens de cyprès restent importants sur le pourtour méditerranéen, notamment dans les départements de l'Aude, des Pyrénées-Orientales, de l'Hérault, du Var, des Bouches-du-Rhône, du Gard, des Alpes-Maritimes et du Vaucluse. Dans l'Aveyron, la Lozère et le Tarn, le risque est "élevé" (en orange sur la carte).

La majeure partie de la France épargnée

En plus des cyprès, les pollens de pinacées (les pins, sapins et épicéas) sont eux-aussi très abondants dans l’air autour de la mer Méditerranée, explique aussi le RNSA, qui précise qu'il s'agit des "pollens de couleur jaune qui recouvrent nos voitures, routes, fenêtres, trottoirs, tables", et qui eux sont "non-allergisants".

Néanmoins, la majorité du territoire national est relativement épargnée par le risque d'allergies. Le Sud-Ouest et le département de la Seine-et-Marne font face à un risque jugé "moyen" (en jaune sur la carte) et le risque est "faible" voire "très faible" dans les autres régions.

Dans un récent bilan de suivi, la fédération des Associations de surveillance de la qualité de l'air (Atmo France) indiquait que le réchauffement climatique conduirait à "une augmentation des quantités de pollen"

Jeanne Bulant