BFMTV

Rentrée: le président du Conseil scientifique assure qu'on "aura des contaminations à l’école"

Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, le 26 avril 2020 à Paris

Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, le 26 avril 2020 à Paris - JOEL SAGET, AFP/Archives

Jean-François Delfraissy estime que des contaminations en milieu scolaire sont probables dans les semaines à venir. Pour autant, ces dernières seraient "sous contrôle".

À une semaine de la rentrée scolaire, et alors que les chiffres de contaminations augmentent en France, Jean-Michel Blanquer veut rassurer "100% des parents". Ce lundi matin encore, le ministre de l'Éducation nationale a assuré sur RMC que la France serait prête à accueillir ses 12 millions d'élèves et que le pays avait "un des protocoles sanitaires les plus stricts d’Europe."

Pour autant, ces précautions - avec notamment le port du masque obligatoire dès 11 ans n'évitent pas totalement les risques de propagation du coronavirus à l'école. Invité ce même jour sur France Info, le président du Conseil scientfique, Jean-François Delfraissy, qui prenait la parole pour la première fois après plusieurs semaines de silence, a de son côté estimé que des contaminations au Covid-19 étaient à prévoir en milieu scolaire, bien que la rentrée soit selon lui primordiale.

"Il faut rentrer, il faut que la rentrée puisse se passer. Et j’annonce, d’emblée, qu’il y aura des contaminations à l’école, et qu’on va les gérer, qu’il y aura des enfants qui vont se contaminer et qu’il y aura probablement quelques enseignants qui vont se contaminer. On va le gérer, on va apprendre à gérer ça. On est capables de tester" a-t-il assuré.

"Classes-clusters"

En cas de contamination avérée, qui pourrait alors prendre la forme "d'écoles-clusters, peut-être même de classes-clusters", il faudra "tester à la moindre suspicion".

"À la moindre suspicion, on teste de façon très large. On va avoir des infections dans ces classes, on peut les fermer, ça va dépendre de l’environnement autour de cette école en général", a encore estimé Jean-François Delfraissy.

Cependant, ce dernier a affirmé que ses inquiétudes vis-à-vis de la rentrée sont minimes pour plusieurs raisons.

"D’abord les connaissances acquises sur la circulation du virus chez l’enfant, le fait qu’ils soient porteurs du virus mais en petite quantité. On peut affirmer que les formes graves chez l’enfant sont exceptionnelles, donc le risque est limité", a-t-il conclu.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV