BFMTV

Pourquoi le régime végétarien n'est pas forcément bon pour la santé

-

- - iStock - leonori

Un régime végétarien ne signifie pas forcément une alimentation saine, mettent en garde des chercheurs américains. De fait, les personnes qui excluent la viande de leur alimentation mais ne choisissent pas les bons aliments d'origine végétale sont tout autant exposées au risque de maladie coronarienne.

Plusieurs études ont montré que le régime végétarien et le régime méditerranéen préservaient la santé cardiovasculaire, en excluant la viande rouge et favorisant les fruits, légumes et légumineuses.

Mais si une alimentation végétarienne doit être bien équilibrée pour éviter les carences, il est d'autant plus primordial de bien choisir les produits végétaux qui la composent. Au risque d'être également exposé à un risque pour le cœur et les artères, explique une nouvelle étude de chercheurs de la Harvard T.H. Chan School of Public Health. Celle-ci affirme en effet que tous les régimes végétariens ne se valent pas si les aliments choisis sont de mauvaise qualité nutritionnelle.

Les chercheurs ont suivi 200.000 adultes sur deux décennies et ont constaté que ceux qui avaient adhéré à un régime végétarien riche en aliments sains, tels que des céréales complètes, des fruits, des légumes, des noix et des légumineuses, présentaient un risque de maladie cardiaque nettement plus faible que les personnes dont le régime végétarien incluait des aliments moins sains, comme des céréales raffinées, des bonbons et des sodas.

La qualité des aliments, l'élément à prendre en compte

De fait, jusqu'ici, les études faisant la comparaison entre une alimentation végétarienne et celle incluant de la viande traitaient tous les aliments d'origine végétale de façon égale, même si certains sont de mauvaise qualité et donc associés à un risque de maladie cardiaque. Pour surmonter cette limite, les chercheurs ont créé trois versions d'un régime végétarien.

Le premier est un régime global qui a mis l'accent sur la consommation d'aliments de type végétal et réduit l'apport en viande, sans complètement l'éliminer. Le deuxième est un régime végétarien qui a mis l'accent sur l'apport d'aliments de type végétal sains tels que les céréales entières, les fruits et les légumes. Enfin, le troisième est un régime qui a mis l'accent sur la consommation de végétaux mais sous forme transformée, comme des céréales raffinées.

Tous les participants atteints de cancer et d'une maladie coronarienne ont été exclus, tout comme ceux ayant vécu un AVC. Au cours de la période de suivi, 8631 participants ont développé une maladie coronarienne. Dans l'ensemble, l'adhésion à un régime végétarien a été associée à un risque moins élevé de maladie cardiaque. Ce fut particulièrement le cas pour les personnes dont l'alimentation correspondait le plus au régime numéro deux.

En revanche, un régime végétarien qui a mis l'accent sur des aliments peu sains (boissons sucrées, grains raffinés, pommes de terre, bonbons) a provoqué l'effet inverse. "Il est évident qu'il existe une grande variation dans la qualité nutritionnelle des aliments végétaux, ce qui rend cruciale la prise en compte de la qualité des aliments dans un régime végétarien", expliquent les chercheurs.

Faut-il exclure la viande?

Quant au premier type de régime alimentaire, tout est dans la nuance. Les personnes qui ont suivi une alimentation saine à base de végétaux, même si elle incluait des aliments d'origine animale, étaient moins susceptibles de mourir pendant la période de l'étude que celles qui suivaient un régime alimentaire sans viande, mais peu sain, car comprenant beaucoup d'aliments transformés.

En clair, l'élimination de la viande ne conduit pas nécessairement à un régime alimentaire plus sain pour le cœur, si ce qu'il reste dans l'assiette sont les aliments de faibles qualités nutritionnelles. Le tout est donc de savoir choisir des végétaux de qualité, sous la forme la plus brute possible. "L'étude est encourageante dans le sens où vous n'avez pas à éliminer complètement la viande de votre alimentation pour avoir un cœur en bonne santé", concluent les chercheurs.

Sur le sujet des maladies cardiovasculaires, maladies les plus meurtrières dans le monde, l'Organisation mondiale de la santé indique que le meilleur moyen de prévenir ce risque repose sur "une consommation réduite de graisses saturées et trans, et une consommation suffisante d’acides gras polyinsaturés, de fruits et de légumes et une alimentation plus pauvre en sel." Sans oublier de combiner une alimentation équilibrée avec la pratique régulière d'une activité physique.

Alexandra Bresson