BFMTV

Pour Jean-François Delfraissy, les nouveaux variants du Covid-19 "changent complètement la donne"

Le président du Conseil scientifique, invité ce dimanche soir, souligne que les mutations du coronavirus sont en hausse dans plusieurs régions françaises, notamment en Île-de-France. Le variant Sud-africain pourrait, en outre, diminuer l’efficacité des vaccins d’environ 40%.

Invité ce dimanche soir de BFMTV, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy avertit que l'arrivée de plusieurs nouveaux variants ces dernières semaines ont, comme dans d'autres pays avant le nôtre, modifié la progression du Covid-19 en France.

"Les mutants et variants changent complètement la donne depuis trois semaines. Ils apparaissent de façon multiple, ont des facteurs de transmission plus élevés, et accélèrent la transmission", décrit-il.

Des contaminations en hausse dans plusieurs régions

Pour illustrer ses dires, l'infectiologue rapporte des données liées à ces mutations:

"Où on est-on de ces variants en France? Il y a une première étude flash qui montre qu'on est autour de 2% des contaminations, mais qui sera renouvelée ce mardi et mercredi. Entretemps, on a des données moins importantes qui montrent que le virus anglais est plutôt à 7, 8, voire 9% dans certaines régions, dont la région parisienne", martèle-t-il.

En ce qui concerne le variant sud-africain, Jean-François Delfraissy indique qu'on "est peut-être autour de 1%, ces deux virus sont bien entrés en France." Quant au mutant brésilien, il représente également un risque puisqu'on "a un point d'entrée avec la Guyane."

Alors que s’amorce une semaine décisive dans la lutte contre le coronavirus, rien ne semble encore arrêté quant aux prochaines mesures mises en place en France. Mais aux yeux du président du Conseil scientifique, la décision semble inéluctable: "Il faudra probablement aller vers un confinement."

Quel impact sur les vaccins?

En ce qui concerne la vaccination, Jean-François Delfraissy souligne que l'apparition de ces mutations pourrait également modifier les stratégies mises en place en France.

"Est-ce que ces variants sont sensibles aux vaccins ? On a un élément de réponse pour le variant anglais, il semble, avec des données préliminaires, qu’il soit sensible aux deux vaccins ARN Messager", commence-t-il.

En revanche, il apparaît que les mutations sud-africaines et brésiliennes pourraient opposer une résistance plus forte aux immunisations.

"Par contre, le variant sud-africain et le variant brésilien, ne sont que très peu neutralisés, à la fois par des anticorps monoclonaux, qui en général neutralisent le virus, et ne sont pas neutralisés par des anticorps issus de patients ayant déjà fait un Covid, donc il y a non-protection. Et enfin dans des premières données, une étude américaine montre que sur le variant Sud-africain, il y a une diminution de l’efficacité des vaccins d’environ 40%", martèle Jean-François Delfraissy.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV