BFMTV

Poisons chimiques dans les maisons: les cas de dérèglements hormonaux se mutliplient

Glande mammaire anormalement développée chez les garçons, recrudescence des cas de micropénis, puberté précoce chez les filles... Les perturbateurs endocriniens présents dans nos domiciles sont la cause de nombreuses anomalies.

"Il y a urgence à agir", résume le professeur d'endocrinologie pédiatrique à Montpellier, Charles Sultan. Le problème pourtant identifié est celui des perturbateurs endocriniens, des composés chimiques provoquant des dérèglements hormonaux. Dans nos intérieurs proprets, ces molécules sont partout. Les produits ménagers, les revêtements intérieurs en sont les premiers pourvoyeurs.

Au point que des études montrent que l'air extérieur, même en centre-ville, est parfois moins pollué qu'à l'intérieur. La moitié des logements est concernée par cette pollution domestique dont la dangerosité est souvent sous-évaluée. Les endocrinologues en constatent malheureusement les conséquences tous les jours.

Micropénis et pubertés précoces

"Nous n'avons jamais autant d'enfants qui viennent nous voir pour un micropénis, un hypo-développement de verge, jamais autant d'obèses dont on sait qu'elles ne s'inscrivent pas dans un contexte familial. (...) Cette pollution insidieuse et invisible mériterait une prise en considération plus active de nos autorités de tutelle", déplore Charles Sultan.

Le jour du reportage, le médecin recevait une petite fille dont la puberté s'est déclarée précocement. Elle a passé son enfance au milieu des vignes, ou les pesticides sont très présents. 

Pour lutter contre ces dérèglements qui peuvent être extrêmement préjudiciables aux adolescents notamment en recherche d'une sexualité naissante, des mesures peuvent être prises dès avant la naissance. Le fœtus est très perméable à ces perturbateurs. D'où la création d'atelier domestiques pour apprendre à limiter voire à éradiquer les produits ménagers dont les conséquences sont les plus graves.
David Namias avec Pauline Revenaz