BFMTV

Olivier Véran qualifie de "piste intéressante" les études affirmant que la nicotine protège contre le Covid-19

Olivier Véran à l’Assemblée nationale - Image d'illustration

Olivier Véran à l’Assemblée nationale - Image d'illustration - JACQUES WITT / AFP / POOL

Le ministre de la Santé a également tenu à rappeler que l'auto-médication était déconseillée.

Lors d'une prise de parole ce mercredi après-midi devant le Sénat, Olivier Véran a fait le point sur la situation des fumeurs, en marge de la pandémie de coronavirus.

Malgré son "intérêt" manifeste pour plusieurs études qui soulignent que parmi les malades les plus graves du Covid-19, les fumeurs restent minoritaires, le ministre de la Santé a insisté sur le fait qu'il n'était absolument pas prouvé que le tabac protège de la maladie.

"Une équipe de chercheurs français a effectivement écrit un article scientifique intéressant. Il y a moins de malades dans la population de fumeurs que dans le reste mais attention, cela ne veut pas dire que le tabac protège. Il y a 70.000 morts par an dans notre pays", dus au tabagisme, a-t-il expliqué. 

"Piste intéressante" 

En revanche, Olivier Véran a toutefois assuré que ces travaux pouvaient être le point de départ de futures réflexions médicales. 

"C'est une piste intéressante pour comprendre comment la nicotine pourrait être un marqueur de lutte ou de résistance contre cette maladie. Il y a des études cliniques en cours de construction dans certains hôpitaux français", insiste-t-il encore.

En revanche, le ministre de la Santé a tenu à mettre en garde contre certains comportements d'auto-médication. 

"Attention de pas mettre un patch de nicotine si on est pas fumeur", a-t-il conclu, soulignant le fait que ces derniers n'étaient en aucun cas protecteurs contre la maladie. 
Hugo Septier