BFMTV
Santé

Le pass sanitaire désormais approuvé par 62% des Français, selon un sondage

Un pass sanitaire (illustration)

Un pass sanitaire (illustration) - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

62% des Français estiment aujourd'hui que le pass sanitaire est finalement une "bonne mesure" alors qu’ils étaient 57% à la réprouver en février dernier. Près de la moitié tirent un bilan "globalement positif" de l'action d'Emmanuel Macron face à la crise sanitaire, contre un tiers en mai dernier.

Un véritable revirement de l'opinion sur la question de la gestion sanitaire. 62 % des personnes interrogées admettent aujourd'hui que le pass sanitaire est une bonne mesure, selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro. Quand le gouvernement envisageait la mesure en février 2021, 57 % des Français y étaient alors défavorables.

Ils sont nombreux à s'être fait vacciner depuis. C'est une part de l'explication de leur meilleure acceptation de ce sésame. Les Français sont aussi 6 sur 10 (60%) à approuver sa nouvelle prolongation "si la situation sanitaire le nécessait", approuvé lors d'un vote serré à l'Assemblée nationale cette semaine jusqu'en juillet 2022.

"Le consensus politique à propos de cette prolongation est très large (...) mais le sujet "clive" sur le plan générationnel et sociologique", relève Gaël Sliman, président d'Odoxa, dans le commentaire de l'enquête. Les seniors (76% des plus de 65 ans) et les catégories supérieures (66% des foyers les plus aisés) y sont très favorables, contre 58 % des 25-34 ans et 52 % des ouvriers et 53 % des employés pour les catégories populaires.

Les seuls à encore estimer que le pass sanitaire est une mauvaise mesure sont les sympathisants de la France insoumise (65 %), sur l'ensemble du spectre politique. Les sympathisants des autres partis politiques y sont très largement favorables: plus de 70 % des socialistes, écologistes et des Républicains, 90 % des LaREM et 58 % des RN (Rassemblement national).

6 sondés sur 10 refusent de conditionner la troisième dose au pass sanitaire

Mais la troisième dose "pourrait tout changer", note l'étude. Près de 6 Français sur 10 (58%) ne sont pas d’accord avec l’idée de conditionner le pass aux personnes qui auraient effectué cette troisième dose. Les Français y sont très "frileux", commente l'analyse de l'enquête, avec seulement 37% qui seraient prêts à se la faire administrer "le plus rapidement possible".

Cette opposition est la plus forte parmi les sympathisants de la France insoumise et des écologistes, ainsi que dans les catégories populaires et les foyers les plus modestes. Parmi les personnes interrogées, elles ne sont que 37 % à envisager actuellement de se faire administrer celle-ci "le plus rapidement possible", et 36 % d'entre eux préfèrent encore "attendre d'être sûr que ce soit bien utile", avant de se décider. 26% refusent totalement cette troisième dose.

"Grâce au pass sanitaire et aux progrès de la couverture vaccinale, les Français sont près d'un sur deux (47%) à tirer un bilan globalement positif de l'action d'Emmanuel Macron face à la crise sanitaire", avance l'enquête. "Ils étaient près des deux-tiers à en tirer un bilan négatif en mai dernier."

Les sympathisants de la France insoumise (77 %) et du Rassemblement national (67 %) sont aujourd'hui parmi les plus mécontents de sa gestion de l'épidémie.

Méthodologie: l'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, de 1005 Français interrogés par internet les 20 et 21 octobre, selon la méthode des quotas. La marge d'erreur s'établit entre 1,4 et 3,1 points selon le score visé.

Nina Jackowski