BFMTV

Lasagnes au cheval : les accusés se défendent

-

- - -

Qui est responsable de la viande de cheval retrouvée dans des lasagnes commercialisées en Grande Bretagne ? Plusieurs enquêtes ont été ouvertes, mais pour le moment, les entreprises incriminées se rejettent la faute entre elles.

Depuis l'éclatement de l'affaire des lasagnes à la viande de cheval, les six protagonistes impliqués dans la fabrication du produit commercialisé par Findus se rejettent la responsabilité entre elles, alors que les résultats des enquêtes sont encore attendus.

>> A LIRE AUSSI - Lasagnes au cheval : les six protagonistes d’un vaste circuit commercial

Traçabilité

Première mise en cause : l’entreprise Comigel et sa filiale luxembourgeoise Tavola, le sous traitant de Findus. C’est elle qui a fourni les lasagnes pointées du doigt.

Mais l’entreprise, qui a reçu la visite de la direction générale de la répression des fraudes, réfute toute responsabilité quant à la présence de viande de cheval dans ses plats préparés.

"Dans cette affaire, depuis le départ, nous sommes certains que c'est le fournisseur Spanghero qui est concerné, grâce à la traçabilité que nous avons sur toutes les barquettes de nos produits", affirme Erick Lehagre, président du directoire de Comigel.

"Erreur commise en amont"

Chez Spanghero, qui fournit la viande, la réponse est identique : l’entreprise se dit étrangère à toute cette affaire.

Selon Spanghero, l’erreur a été commise en amont, dans les abattoirs roumains d’où provient la viande. En Roumanie, cette affaire est prise au sérieux, le premier ministre en personne est venu contester ces suppositions.

"Nous avons vérifié toutes les sociétés de production et il est maintenant très clair qu'aucune fraude n'a été commise par des compagnies roumaines ou sur le territoire roumain", a déclaré le Premier ministre, Victor Ponta.

>> A LIRE - Lasagnes à la viande de cheval : la filière viande-poisson sous surveillance

Antoine Pollez