BFMTV

La majorité espère ouvrir la PMA pour toutes avant la fin de l'été

La PMA et la GPA a été au coeur des manifestations des associations homosexuelles

La PMA et la GPA a été au coeur des manifestations des associations homosexuelles - Lionel Bonaventure - AFP

Le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale, Christophe Castaner, et Olivier Véran, ont tous deux voulu assurer ce dimanche que leur majorité permettra aux les couples de femmes d'avoir un enfant.

Après une saisine de l'Agence de la biomédecine, après un avis du Comité consultatif national d'éthique, après une mission d'information parlementaire, le temps du vote approche: l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes homosexuelles et célibataires, mesure du projet de loi de bioéthique, sera débattue ce lundi à l'Assemblée nationale.

Dans le Journal du Dimanche, Christophe Castaner justifie ce long processus par le retard du temps législatif dû au Covid-19, mais aussi par un besoin de "nuance".

"Tous ces débats méritent du temps", explique le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale. "C’était un choix politique. Le Président avait souhaité une large consultation avant l’examen parlementaire."

La PMA pour toutes, promesse d'Emmanuel Macron, sera remboursée par la sécurité sociale, assure Christophe Castaner. Pour ce dernier, les premières femmes devraient pouvoir en profiter dans les prochains mois.

"Ce sera possible avant la fin de l’été. Nous souhaitons que la loi soit promulguée en juillet", indique-t-il à l'hebdomadaire.

Véran promet une application rapide

Une promesse également formulée par Olivier Véran, invité ce dimanche de BFM Politique. "Oui", a-t-il répondu à la question de savoir s'il pouvait assurer aux couples de femmes que sa majorité leur permettra d'avoir un enfant.

Le ministre de la Santé a également dit souhaiter qu'elles puissent le faire le plus vite possible.

"J’ai demandé à mes équipes de travailler en temps masqué pour que les textes d’application puissent sortir très rapidement et que les femmes qui attendent ces droits nouveaux puissent en bénéficier le plus tôt possible", a-t-il indiqué.
Samuel Kahn