Un enfant lors du Salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil
 

Deux chercheurs de l'Université de Rennes ont découvert l'origine de la dyslexie. Ce trouble de la lecture aurait une cause physique et s'expliquerait par une anomalie de récepteurs des yeux.

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • sdfgdqfgqfsgqfgdfgdf
    sdfgdqfgqfsgqfgdfgdf     

    Vous oubliez les formations payantes permettant d'agréer des "spécialistes des dys"… Et quand il y aura trop de témoignages défavorables il y aura la "super lampe magique" que l'on ne pourra utiliser que dans des centres référents"… C'est ce qui se passe depuis des années avec le "casque magique". Il faut dénoncer ces pratiques "commerciales".

    En France, quand un médecin trouve qqc qui fait du bien à ses patients il doit partager cela avec ses collègues. Il lui est interdit de garder son secret pour lui, d'en faire une méthode commerciale et, bien entendu, de mettre cela sous copyright. Le but c'est que cela se diffuse, que les personnes puissent se faire soigner près de chez elles. Il faut fuir les centres se faisant de la pub.

  • sclp
    sclp     

    Hum ...laissez moi réfléchir .... 700 millions de dyslexique multiplié par le prix de la "lampe magique" ça donne quoi ? C'est vraiment magique ! Voilà l'explication !

    sdfgdqfgqfsgqfgdfgdf
    sdfgdqfgqfsgqfgdfgdf      (réponse à sclp)

    Vous oubliez les formations payantes permettant d'agréer des "spécialistes des dys"… Et quand il y aura trop de témoignages défavorables il y aura la "super lampe magique" que l'on ne pourra utiliser que dans des centres référents"… C'est ce qui se passe depuis des années avec le "casque magique". Il faut dénoncer ces pratiques "commerciales".

    En France, quand un médecin trouve qqc qui fait du bien à ses patients il doit partager cela avec ses collègues. Il lui est interdit de garder son secret pour lui, d'en faire une méthode commerciale et, bien entendu, de mettre cela sous copyright. Le but c'est que cela se diffuse, que les personnes puissent se faire soigner près de chez elles. Il faut fuir les centres faisant de la pub.

    Pourquoi aucun journaliste ne fait une enquête sérieuse ?
    Cela concerne des millions de gens. Les conséquences de l'hétérophorie ne se limitent pas aux seuls dys.

  • Fgnbsfjkdgh
    Fgnbsfjkdgh     

    Il ne s'agit là que d'une hypothèse. D'ailleurs il est écrit "pensent avoir trouvé une cause anatomique potentielle de la dyslexie." Un des problèmes de la recherche c'est que les chercheurs DOIVENT publier régulièrement pour justifier leur poste. Du coup ils publient dès qu'ils ont un soupçon d'hypothèse. Cela créé un brouhaha médiatique qui est catastrophique pour les sciences et dramatique dans le domaine de la santé.
    Si vous vous intéressez depuis des années à ce qui a été écrit sur les dys vous avez probablement constaté que les idées varient selon la mode. Parmi les hypothèses il y a eu:
    - L'inversion des hémisphères du cerveau !
    - Un héritage neurologique de l'Homme de Néhenderthal !
    - La couleur verte ou rouge !
    Hypothèse invérifiables qui sont basées, au mieux, sur de la pensée magique. À chaque fois c'est présenté en grande pompe en citant un "spécialiste" ayant un beau titre et/ou un beau logo.

    Avec cet article on se rapproche un peu de la cause des dys car la cause des dys (dont la dyslexie) est connue: c'est l'hétérophorie. C'est un trouble de la vision binoculaire causé par la malformation(s) de muscle(s) oculomoteur(s). Les conséquences varient selon les muscles concernés ET le degré. L'hétérophorie est très fréquente. Environ 20 à 30% de la population devrait être soignée (c'est énorme!), dedans il y a tous les dys. Les dys représentent 7 à 8% de la population. Pour être dys il faut une vision binoculaire légèrement déficiente. C'est très discret.
    Pour comprendre ce qui se passe il faut savoir comment fonctionne la vision binoculaire. Ce que nous voyons est un entrelacs de 2 images (provenant de l'œil droit et de l'œil gauche). Ce n'est ni une simple superposition, ni une simple juxtaposition. Cet entrelacs change constamment car les cellules se dépolymérisent. Le cerveau s'efforce d'en faire un tout cohérent. Quand le décalage est trop important il peut en arriver à renoncer à faire cet assemblage et en arriver à déconnecter un œil, c'est l'amblyopie. Chez les dys il y a de l'instabilité mais pas trop: le cerveau tente encore de faire l'assemblage. Chez certains dys il en arrive à retourner les images. C'était le cas de Léonard de Vinci qui écrivait et lisait naturellement à l'envers.
    Voici une explication imagée de la dyslexie. Quand vous regardez un "p" chaque œil fournit un morceau de la lettre au cerveau. Ainsi un de vos yeux peut fournir la boucle, "o", et l'autre la barre "I". Si il y a un décalage entre les 2 yeux cela peut donner "b", "d", "q", « þ", etc.
    Les yeux étant en décalage cela génère des saccades oculomotrices quand un œil tente de rattraper l’autre, d’où ces témoignages de certains dys parlant de lettres qui clignotent et/ou de lignes qui sautent. C’est connu. Cherchez donc à « eye tracking » et vous trouverez des schémas montrant que les dyslexiques ont bien des saccades oculaires. Un des moyens de compenser c’est d’agrandir les lettres et d’augmenter les espaces entre les lettres et entre les lignes.

    C'est assez amusant que cet article parle d'œil directeur car les dys n'en ont pas vraiment à cause de l'instabilité de leur vision binoculaire. Normal: leur cerveau ne sait quel œil privilégier alors que, normalement, l'enfant choisit sa main nourricière très tôt: à 3 ans c'est fixé. De là les troubles de la latéralité si fréquents chez les dys.

    Il se fait tard… J’abrège.
    Ce trouble ne se limite pas à un simple problème de convergence/divergence.
    Si c’était le cas le problème aurait été réglé depuis longtemps…
    Il y a aussi cyclophorie (oeil qui tourne sur lui-même) et hyperphorie (déclage vertical).
    C’est l’hyperphorie qui explique le déplacement de la barre verticale près du rond et qui donne l’impression de voir un « d » ou un « b » ou un « q ».

    Pour vérifier la présence d’une ou deux hétérophories, pas besoin de nombreux intervenants, ni de nombreuses séances, ni de nombreux bilans.
    Pour cela faites d’abord un examen devant un synoptophore ou une aile de Maddox. Cherchez aussi les ductions pour repérer les muscles concernés.
    Ça fait 150 ans que l’hétérophorie est connue mais de grandes découvertes ont été oubliées. Notamment les travaux de Cuignet (1875), Magnus (1924), Hugonnier (1959) et Hermann von Helmholtz (1867). Tous ces auteurs ont établi que l’hétérophorie est la cause de torticolis, douleurs vertébrales, migraines ophtalmiques, troubles de la posture et de la latéralisation, dyslexie, dyspraxie et crises vagales.
    Tout ceci est héréditaire.
    Il existe une technique ophtalmologique permettant de soigner les dys mais elle est très peu connue. Des enfants qui cessent définitivement d’être dys ça existe. Il y a des milliers de cas cliniques. Ce serait bien d’arrêter de donner la parole aux chercheurs pour la donner aux trouveurs.

  • Fgnbsfjkdgh
    Fgnbsfjkdgh     

    Il ne s'agit là que d'une hypothèse. D'ailleurs il est écrit "pensent avoir trouvé une cause anatomique potentielle de la dyslexie." Un des problèmes de la recherche c'est que les chercheurs DOIVENT publier régulièrement pour justifier leur poste. Du coup ils publient dès qu'ils ont un soupçon d'hypothèse. Cela créé un brouhaha médiatique qui est catastrophique pour les sciences et dramatique dans le domaine de la santé.
    Si vous vous intéressez depuis des années à ce qui a été écrit sur les dys vous avez probablement constaté que les idées varient selon la mode. Parmi les hypothèses il y a eu:
    - L'inversion des hémisphères du cerveau !
    - Un héritage neurologique de l'Homme de Néhenderthal !
    - La couleur verte ou rouge !
    Hypothèse invérifiables qui sont basées, au mieux, sur de la pensée magique. À chaque fois c'est présenté en grande pompe en citant un "spécialiste" ayant un beau titre et/ou un beau logo.

    Avec cet article on se rapproche un peu de la cause des dys car la cause des dys (dont la dyslexie) est connue: c'est l'hétérophorie. C'est un trouble de la vision binoculaire causé par la malformation(s) de muscle(s) oculomoteur(s). Les conséquences varient selon les muscles concernés ET le degré. L'hétérophorie est très fréquente. Environ 20 à 30% de la population devrait être soignée (c'est énorme!), dedans il y a tous les dys. Les dys représentent 7 à 8% de la population. Pour être dys il faut une vision binoculaire légèrement déficiente. C'est très discret.
    Pour comprendre ce qui se passe il faut savoir comment fonctionne la vision binoculaire. Ce que nous voyons est un entrelacs de 2 images (provenant de l'œil droit et de l'œil gauche). Ce n'est ni une simple superposition, ni une simple juxtaposition. Cet entrelacs change constamment car les cellules se dépolymérisent. Le cerveau s'efforce d'en faire un tout cohérent. Quand le décalage est trop important il peut en arriver à renoncer à faire cet assemblage et en arriver à déconnecter un œil, c'est l'amblyopie. Chez les dys il y a de l'instabilité mais pas trop: le cerveau tente encore de faire l'assemblage. Chez certains dys il en arrive à retourner les images. C'était le cas de Léonard de Vinci qui écrivait et lisait naturellement à l'envers.
    Voici une explication imagée de la dyslexie. Quand vous regardez un "p" chaque œil fournit un morceau de la lettre au cerveau. Ainsi un de vos yeux peut fournir la boucle, "o", et l'autre la barre "I". Si il y a un décalage entre les 2 yeux cela peut donner "b", "d", "q", « þ", etc.
    Les yeux étant en décalage cela génère des saccades oculomotrices quand un œil tente de rattraper l’autre, d’où ces témoignages de certains dys parlant de lettres qui clignotent et/ou de lignes qui sautent. C’est connu. Cherchez donc à « eye tracking » et vous trouverez des schémas montrant que les dyslexiques ont bien des saccades oculaires. Un des moyens de compenser c’est d’agrandir les lettres et d’augmenter les espaces entre les lettres et entre les lignes.

    C'est assez amusant que cet article parle d'œil directeur car les dys n'en ont pas vraiment à cause de l'instabilité de leur vision binoculaire. Normal: leur cerveau ne sait quel œil privilégier alors que, normalement, l'enfant choisit sa main nourricière très tôt: à 3 ans c'est fixé. De là les troubles de la latéralité si fréquents chez les dys.

    Il se fait tard… J’abrège.
    Ce trouble ne se limite pas à un simple problème de convergence/divergence.
    Si c’était le cas le problème aurait été réglé depuis longtemps…
    Il y a aussi cyclophorie (oeil qui tourne sur lui-même) et hyperphorie (déclage vertical).
    C’est l’hyperphorie qui explique le déplacement de la barre verticale près du rond et qui donne l’impression de voir un « d » ou un « b » ou un « q ».

    Pour vérifier la présence d’une ou deux hétérophories, pas besoin de nombreux intervenants, ni de nombreuses séances, ni de nombreux bilans.
    Pour cela faites d’abord un examen devant un synoptophore ou une aile de Maddox. Cherchez aussi les ductions pour repérer les muscles concernés.
    Ça fait 150 ans que l’hétérophorie est connue mais de grandes découvertes ont été oubliées. Notamment les travaux de Cuignet (1875), Magnus (1924), Hugonnier (1959) et Hermann von Helmholtz (1867). Tous ces auteurs ont établi que l’hétérophorie est la cause de torticolis, douleurs vertébrales, migraines ophtalmiques, troubles de la posture et de la latéralisation, dyslexie, dyspraxie et crises vagales.
    Tout ceci est héréditaire.
    Il existe une technique ophtalmologique permettant de soigner les dys mais elle est très peu connue. Des enfants qui cessent définitivement d’être dys ça existe. Il y a des milliers de cas cliniques. Ce serait bien d’arrêter de donner la parole aux chercheurs pour la donner aux trouveurs.

Votre réponse
Postez un commentaire