BFMTV

L'immunologue Jean-Daniel Lelièvre appelle à trouver comment vivre "quotidiennement avec le virus"

L'immunologue plaide pour dépasser la seule question des mesures restrictives comme le confinement ou le couvre-feu, pour réfléchir collectivement à un mode de vie en dépit du Covid-19.

"On parle du monde d'avant, on parle du monde d'après: il faut qu'on trouve comment on vit quotidiennement avec ce virus", a défendu ce mercredi matin le professeur Jean-Daniel Lelièvre, invité de BFMTV-RMC. Confinement ou pas, l'immunologue, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Henri-Mondor, à Créteil (Val-de-Marne), appelle à une réflexion collective sur le sujet.

"Je ne suis pas un specialiste du confinement, je suis un spécialiste de la vaccinologie. Ce que je vois, c'est ce qui s'est passé dans les autres pays, typiquement le Royaume-Uni (qui s'est reconfiné le 5 janvier jusqu'au mois de mars, NDLR). Et on voit bien que pour contrôler l'infection, il a fallu faire du confinement, donc je me dis, il est possiblement inéluctable que ce confinement arrive à un moment donné en France", a estimé le médecin.

Sur France Inter la semaine passée, le scientifique, par ailleurs expert vaccins de la Haute autorité de Santé (HAS), estimait que l'"on ne pourra(it) pas éviter un nouveau confinement", notamment à cause des souches mutantes du virus.

"On va vivre très longtemps avec cette maladie"

"La question pour moi n'est pas tellement le confinement en soi. On va faire des confinements, on va faire des couvre-feux, ça on est obligé tant que cette maladie n'est pas contrôlée", a précisé Jean-Daniel Lelièvre sur BFMTV ce mercredi.

"Il faut que l'on vive avec cette idée que ça, ça va survenir demain, ça va survenir après-demain, on va vivre très longtemps avec cette maladie. Le vaccin va nous permettre de protéger les plus fragiles mais ne va pas nous permettre de contrôler complètement la maladie dans notre pays donc il faut vivre avec cette idée-là", a-t-il ajouté.

"La problématique que l'on a, à mon sens, c'est que pour l'instant la population ne s'est pas accaparée cette question, nous n'avons pas réfléchi de manière collective à comment nous vivons quotidiennement", diagnostique Jean-Daniel Lelièvre.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV