BFMTV

“Il faut totalement confiner”: à Paris, Emmanuel Grégoire défend un durcissement du confinement

Le premier adjoint à la maire de Paris estime qu'il s'agit du meilleur moyen "pour se débarrasser du virus".

“Il faut absolument rester chez soi, c’est la seule façon de vaincre le virus.” Les mots d’Anne Hidalgo ont été repris ce lundi par Emmanuel Grégoire, son premier adjoint, qui a asséné sur BFMTV que "si nous voulons nous débarrasser de ce virus, il faut totalement confiner de façon à ce qu'il n'y ait plus de nouveaux cas déclarés dans les jours et les semaines à venir".

S'exprimant sur la mise en place d'un éventuel couvre-feu dans la capitale pour limiter encore plus les déplacements des Parisiens, Emmanuel Grégoire a déclaré que la mairie n'était pas compétente pour instaurer un tel dispositif. "Cela relève exclusivement du préfet de police", a souligné le premier adjoint, qui a précisé que la ville demandait à ce que les mesures de confinement "s'appliquent toute la journée, pas seulement le soir".

Tout comme Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire a ajouté que la mairie souhaitait "une meilleure application des mesures de confinement".

"Si une immense majorité de nos concitoyens respecte bien le confinement, une petite minorité ne le fait pas correctement", a déploré le politique. Et il suffit de cette petite minorité pour faire s’écrouler les mesures de prévention du risque de pandémie.

"Pas de dérogation pour les marchés parisiens" 

Interrogé sur les marchés parisiens, pointés du doigt ces derniers jours en raison - pour certains - du non-respect des gestes barrières et des consignes de distanciation, Emmanuel Grégoire a d'abord exclu leur fermeture généralisée, jugeant que “les marchés sont un élément essentiel de l’approvisionnement en nourriture” dans la capitale.

C'était avant les annonces d'Edouard Philippe, ce lundi soir. Le Premier a annoncé la fermeture des marchés ouverts, bien que des dérogations soient envisageables dans certains cas. "Nous ne demanderons pas de dérogation", a affirmé l'adjoint d'Anne Hidalgo sur Twitter.

Juliette Mitoyen