BFMTV

Et si les chiens pouvaient détecter le coronavirus? Un test mené à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort

Des tests visant à déterminer si les chiens pouvaient détecter le Covid-19 ont débuté à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne. Les premiers résultats sont jugés encourageants.

"C'est une première". Dominique Grandjean, professeur à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne, l'assure: personne n'avait pensé à vérifier si les chiens pouvaient détecter le coronavirus. Les premiers tests ont été menés jeudi, et les résultats sont jugés encourageants.

Bruce, berger allemand de deux ans, a été dressé pour retrouver des personnes disparues et détecter des explosifs. Jeudi, il s'est plié à nouvelle mission: repérer un échantillon positif au Covid-19 parmi plusieurs fioles placées sur des portoirs, détaille Karim, maître-chien, masqué et ganté. Ces échantillons ont été obtenus à la faveur d'une collaboration avec l'hôpital Beaujon de Clichy.

Le chien a réussi le test avec brio. Pour lui faire comprendre, son maître a pris soin de le féliciter.

"Il faut reste humble et prudent"

"On a été assez convaincus par ce qu'on a vu, explique Éric Gully, conseiller technique départemental des Services de Secours et d'Incendie en Seine-et-Marne, au micro de BFM Paris. Il faut rester humble et prudent, néanmoins, deux chiens ont été capables de faire un positif sur du Covid. Ça nous prouve que le virus a une odeur. C'est ce qu'il fallait qu'on prouve, mais on ne peut pas s'arrêter à ça."

L'idée d'effectuer ces tests revient au professeur Grandjean. "On savait que les chiens étaient capables de détecter des maladies virales chez les bovins, explique l'initiateur du projet. Si un virus est capable de générer une effluve spécifique sur un bovin, il n'y a pas de raison que ce ne soit pas le cas sur l'homme".

Des tests similaires ont été planifiés tout au long d'une semaine et seront conduits avec plusieurs chiens. Le professeur Grandjean, confiant, attend des résultats positifs d'ici trois semaines.

Florian Bouhot