BFMTV
en direct

Covid-19: l'OMS "fera tout" pour connaître l'origine du virus

Des personnels médicaux à Wuhan, en Chine, à l'hôpital Jinyintan où des patients sont infectés par un mystérieux virus.

Des personnels médicaux à Wuhan, en Chine, à l'hôpital Jinyintan où des patients sont infectés par un mystérieux virus. - STR / AFP

L'Organisation mondiale de la Santé a fait savoir, ce lundi, qu'elle ferait "tout" pour connaître l'origine du coronavirus, près d'un an après sa sortie de Chine.

L'OMS "fera tout" pour connaître l'origine du virus

L'Organisation mondiale de la Santé a fait savoir, ce lundi, qu'elle ferait "tout" pour connaître l'origine du coronavirus, près d'un an après sa sortie de Chine.

Moderna va déposer ce lundi des demandes d'autorisation de son vaccin aux États-Unis et en Europe

La société américaine Moderna a annoncé qu'elle déposerait ce lundi des demandes d'autorisations conditionnelles de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe, après que des résultats complets ont confirmé une haute efficacité estimée à 94,1%.

Deux semaines après avoir annoncé une efficacité de 94,5% sur la base de résultats préliminaires, Moderna a rapporté que sur 196 participants à son grand essai clinique tombés malades du Covid-19, 185 étaient dans le groupe placebo et 11 dans le groupe vacciné, soit une efficacité calculée de 94,1%. Aucune forme grave de la maladie n'est apparue parmi le groupe de participants vaccinés.

Pourquoi la Haute autorité de santé recommande une vaccination par "phases"

Une vaccination en cinq phases, en commençant par les résidents et personnels des Ehpad. C'est ce que recommande ce lundi la Haute autorité de Santé (HAS), en amont de l'arrivée des premiers vaccins dans l'Hexagone.

Pourquoi un tel choix? "Les raisons sont assez simples", a commenté sur BFMTV Élisabeth Bouvet, présidente de la commission techniques des vaccinations à la HAS. "On va se retrouver avec un nombre de doses de vaccins assez limité, ce qui ne permettrait pas de vacciner un nombre important de personnes" au départ, a-t-elle expliqué.

Deuxième élément, "nous ne savons pas si les vaccins dont on va disposer ont un impact sur la transmission" du virus. "En revanche on sait que les personnes les plus vulénrables sont les personnes âgées et qui vivent dans des conditions de rassemblement", notamment dans les Ehpad.

"La population qui vit en Ehpad est la population la plus vulnérable pour le Covid", a-t-elle poursuivi. "Compte tenu du nombre de doses dont on va disposer et de la période actuelle, il semble logique de se donner les moyens d'agir prioritairement sur cette population et d'aller vacciner les résidents des Ehpad et les personnels et professionnels qui travaillent à leur contact".

La Haute autorité de santé livre ses conclusions sur la priorisation des vaccins

Dans un communiqué diffusé ce lundi matin, la Haute autorité de santé recommande une vaccination en 5 phases en France.

Une phase 1 pour les résidents en Ehpad ou autres hébergements collectifs pour personnes âgées et les personnes les plus exposées du secteur de la santé comme les professionnels travaillant en Ehpad et en Unités de soins de longue durée.

Une phase 2 quand plus de doses seront disponibles pour les 75 ans et +, ainsi que les 65-74 ans avec comorbidités, professionnels de santé de 50 ans et plus ou avec comorbidités.

Une phase 3 pour les plus de 50 ans ou moins de 50 ans avec comorbidités, et l'ensemble des personnels de santé.

Une phase 4 pour les personnes fortement exposées par leur métier et les personnes précaires (SDF, résidents hôpital psychiatrique)

Une phase 5 pour les plus de 18 ans sans comorbidité.

Une étude sur l'impact psychologique de la crise sanitaire recherche 10.000 volontaires

Quelles sont les conséquences de la crise du Covid-19 sur l'état psychique et le suivi des malades chroniques? Une vaste étude scientifique est lancée ce lundi avec l'ambition de recruter 10.000 volontaires.

"On s'est aperçu que la situation allait durer et qu'au-delà des personnes atteintes du Covid ou d'autres pathologies, il allait y avoir un impact sur nos modes de vie", explique Gérard Raymond, président de France Assos Santé, le réseau regroupant 85 associations de patients à l'initiative de cette étude baptisée "Vivre-Covid19".

Jusqu'en mai 2022, les participants seront invités à répondre chaque mois à un questionnaire. La cohorte d'étude inclut des personnes malades chroniques, des porteurs de handicap, des aidants et des bien portants.

Une première phase pilote a été menée au printemps, pendant le premier confinement, auprès de 2.000 répondants. Les premiers retours montrent une anxiété ressentie par 78,9% des personnes interrogées et une prise en charge dégradée pour 61,5%, qui ont eu un rendez-vous déprogrammé (sans nouvelle date proposée dans 32,9% des cas).

Un Français sur dix a quitté sa résidence principale durant le deuxième confinement, selon un sondage

Une partie des Français a préféré changer d'air pour l'occasion. Ils sont 10% à avoir quitté leur résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, selon un sondage Odoxa-CGI publié par France Info et France Bleu. Cela représenterait plus de 5 millions de personnes au total, soit un million de plus que lors du premier confinement au printemps, selon cette étude.

"La situation va empirer": les États-Unis se préparent à une flambée de cas après Thanksgiving

Les spécialistes américains sont très pessimistes. Après le week-end de Thanksgiving, synonyme de célébrations familiales aux États-Unis, "nous pourrions voir une nouvelle flambée s'ajouter à la flambée" actuelle des nouvelles contaminations au coronavirus, a prévenu le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci.
"Je veux être clair avec les Américains, la situation va empirer dans les prochaines semaines", a renchéri le médecin en chef des Etats-Unis, Jerome Adams.

"Nous nous apprêtons à connaître cette flambée (de cas) post-Thanksgiving, avec trois, quatre, dix fois plus de malades à travers le pays", qu'en mai a averti le Dr Deborah Birx, coordinatrice de la cellule de crise sur le coronavirus de la Maison Blanche.

Plusieurs États avaient déjà connu une hausse des nouvelles infections après le long week-end du "Memorial Day" fin mai, qui rend hommage aux forces armées américaines. Ces nouvelles célébrations interviennent au moment où les hospitalisations dues au Covid-19 connaissent un pic dans le pays, avec plus de 90.000 personnes hospitalisées actuellement.

Le Parlement en passe de valider un budget de la Sécu frappé par le Covid-19

Des déficits vertigineux, encore aggravés en cours d'examen: le Parlement doit valider ce lundi le budget 2021 de la Sécurité sociale transformé en gouffre financier par la crise sanitaire et son impact économique.

Faute d'accord avec le Sénat dominé par l'opposition de droite, le texte vient dans l'après-midi une dernière fois devant les députés, dont le vote marquera l'adoption finale au terme de six semaines de navette entre les deux chambres.

"Nous sur la face nord de l'Everest en plein hiver, la visibilité est vraiment mauvaise", avait prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran lors de l'ouverture des débats.

Sur fond de couvre-feux et de reconfinement, les chiffres ont été à plusieurs reprises revus au cours des séances: le déficit pour 2020 passe de 46,6 à 49 milliards d'euros. Les prévisions pour 2021 sont elles aussi mauvaises, avec un déficit revu la semaine dernière à 35,8 milliards d'euros, contre 28 milliards initialement.

Covid oblige, les comptes sont écartelés entre de moindres rentrées d'argent en raison de la crise économique, et des dépenses qui explosent pour les hôpitaux en surchauffe, les tests, les salaires des soignants... Et désormais la campagne de vaccination qui se profile.

Vaccin anti-Covid: la Haute autorité de Santé va dévoiler ses recommandations

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'épidémie de coronavirus. Qui sera vacciné en priorité en France? La Haute autorité de Santé (HAS) doit présenter ce lundi matin ses recommandations pour la stratégie vaccinale de l'Hexagone, nouvelle étape pour tenter de mettre fin à la pandémie de Covid-19.

Ces recommandations devraient d'abord concerner les professionnels de santé et médico-social au contact direct des malades et ceux les plus à risque de faire des formes graves de la maladie, comme les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques.

Mais parmi ces maladies, lesquelles affectent le plus le pronostic? À quel âge exactement fixer le seuil des "personnes âgées"? Ce sont quelques unes des questions auxquelles la HAS et les autorités vont devoir répondre.

BFMTV