BFMTV
en direct

Coronavirus: plus de 30 millions de cas détectés dans le monde

New York, le 28 mars 2020.

New York, le 28 mars 2020. - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Le ministre de la Santé Olivier Véran est de nouveau monté en première ligne ce jeudi pour défendre et détailler la politique anti-Covid du gouvernement.

Plus de 30 millions de cas de Covid déclarés dans le monde

Plus de 30 millions de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 19h45 GMT.

Au total, au moins 30.000.062 cas, dont 943.086 décès, ont été déclarés. Plus de la moitié des cas se situent aux Etats-Unis, en Inde et au Brésil, les trois pays les plus touchés avec respectivement 6.650.570 cas (197.364 décès), 5.118.253 infections (83.198 morts) et 4.419.083 cas (134.106 décès).

New York reporte encore la rentrée en présentiel de nombreuses écoles publiques

Pressée par les syndicats d'enseignants et de dirigeants d'établissements, la ville de New York a reporté une nouvelle fois jeudi la rentrée en "présentiel" pour la plupart des élèves des écoles publiques, témoin du casse-tête que représente l'ouverture des établissements pendant la pandémie.

L'annonce est tombée à quatre jours seulement de la date prévue pour la réouverture des établissements, le 21 septembre, prolongeant l'incertitude pour des centaines de milliers de parents: 58% des 1,1 million d'écoliers new-yorkais ont officiellement fait le choix de cet enseignement "hybride", alternant un à trois jours de présence en classe par semaine avec de l'enseignement en ligne, les autres ayant opté pour un enseignement 100% en ligne.

50% des personnes positives âgées de 15 à 44 ans asymptomatiques

"50% des personnes atteintes du virus entre 15 et 44 ans sont asymptomatiques", a déclaré Olivier Véran pendant sa conférence de presse.

"Le virus va moins vite et c'est une différence notable par rapport à la première vague", a-t-il ajouté. "Les modes de propagation du virus sont aussi différents. Le virus ne s'est jamais arrêté de circuler, nou savons pu constater qu'il avait particulièrement circulé chez les plus jeunes d'entre nous au cous de l'été, avec un taux d'incidence de 140 pour 100.000 habitants chez les 15-44 ans, dont 50% sont asymptomatiques".

Véran dément toute "carence en réactifs" dans les laboratoires

Le ministre de la Santé a fait savoir qu'il n'y avait pas "de carences en réactifs" pour les tests dans les laboratoires. "D'ailleurs les industriels qui produisent les réactifs ont communiqué hier pour dire que nous disposions en stocks de deux fois les besoins utilisés. Donc c'est un problème d'organisation".

Olivier Véran invite les Français à utiliser StopCovid

"Il faut que nous soyons plus nombreux" à télécharger et à utiliser l'application de traçage StopCovid, a déclaré le ministre de la Santé. "StopCovid, ça marche!", a encore lancé Olivier Véran, louant une application "gratuite, anonymisée, sécurisée et qui doit nous aider à lutter contre la circulation du virus".

Les tests PCR payants, "c'est illégal"

Olivier Véran a indiqué que les tests PCR payants étaient illégaux. "C'est illégal. La totalité des tests PCR sont pris en charge par l'assurance maladie", a-t-il fait savoir. "Si un laboratoire vous propose des passe-droits ou des coupes-files, si ça devait exister, des enquêtes de l'Assurance maladie sont conduites et nous y mettrons un terme".

Les parents appelés à mettre leurs enfants à l'école s'ils n'ont pas de symptômes

"Si l'état de santé de l'enfant lui permet d'aller à l'école, oui (il doit s'y rendre). Il ne faut pas évincer ses enfants de l'école s'ils n'ont pas de fièvres, de symptômes" du coronavirus, a indiqué le ministre de la Santé lors de son point presse.

Et d'ajouter: "il n'y a pas lieu de renvoyer les élèves chez eux, voire de fermer des établissements entiers à la première alerte".

"Les enfants peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus"

"Les enfants sont peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus", a également confirmé le ministre de la Santé, s'appuyant sur avis publié ce jeudi soir du Haut Conseil à la Sant publique.

"Il ne sert à rien de se faire tester trop souvent"

Le ministre de la Santé a invité les Français à "ne pas se faire tester trop souvent", jugeant cela inutile.

"Il ne sert à rien de se faire tester trop souvent. Le test n'est pas un geste barrière, il doit être fait si vous avez un doute ou si vous êtes un cas contact avéré, donc contacté par l'ARS ou la personne concernée", a-t-il précisé, affirmant qu'il fallait "assurer la priorité aux prioritaires". "Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts".

Tests: une liste de personnes prioritaires bientôt établie

Olivier Véran annonce qu'une liste de personnes prioritaires va être établie pour les tests de dépistage du Covid-19, vantant cette stratégie de priorisation des tests censée fluidifier et accélérer les files d'attentes devant les laboratoires.

De nouvelles restrictions attendues à Lyon et Nice

Le ministre de la Santé a annoncé, ce jeudi après-midi, de nouvelles mesures de restrictions pour lutter contre le Covid-19 dans les communes de Lyon et de Nice.

Olivier Véran a demandé aux préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes "de proposer au gouvernement d'ici samedi" des mesures "pour enrayer la circulation du virus". Et de possibles restrictions "encore plus fortes" pourraient être prises à Marseille et en Guadeloupe, citant "la possible fermeture des bars" ou "l'interdiction des rassemblements publics".

À Lille, Toulouse, Rennes, Dijon et Paris, les seuils critiques ne sont pas encore atteints mais "nous serons extrêmement attentifs à l'évolution de l'épidémie dans ces métropoles".

Lutte contre le Covid-19: "on connaît mieux notre adversaire"

"Ce qui est différent par rapport à la première vague, c'est qu'on ne se bat pas avec les mêmes armes et qu'on connaît mieux notre adversaire", a déclaré Olivier Véran, lors de son point sur la situation sanitaire liée au coronavirus en France.

"Nous avons de meilleures conditions d'hospitalisation, avec des prises en charge sécurisées", a détaillé le ministre.

Le taux de reproduction du virus supérieur à 1 au niveau national

"Le taux d'incidence est en hausse constante", a déclaré le ministre de la Santé ce jeudi après-midi, précisant que "le facteur R (restait) supérieur à 1 au niveau national".

Ce taux était "(mercredi) soir dans notre pays de 83 cas pour 100.000 habitants alors qu'il était à 40 à la fin du mois d'août, à 25 au milieu du mois d'août, et à 10 fin juillet", a-t-il ajouté.

Le ministre met en garde contre "les rassemblements familiaux"

Lors de son point presse, Olivier Véran a mis en garde les Français contre "les rassemblements familiaux", appellant au respect strict des gestes barrières.

"Les chiffres sont désormais sans appel: la famille, les rassemblements amicaux sont des lieux massifs de contamination. Nous sommes, chacun d'entre nous, les acteurs clé de la lutte contre le virus et les gestes barrières sont les meilleurs moyens de lutter contre l'épidémie en l'absence de vaccin", a déclaré le ministre.

Véran reconnaît "des difficultés organisationnelles sur les tests"

"Nous sommes confrontés à des difficultés organisationnelles sur les tests", a reconnu le ministre de la Santé ce jeudi après-midi lors de sa conférence de presse.

"Nous avons réussi le pari du dépistage massif mais nous sommes confrontés à de réelles difficultés organisationnelles sur les tests", a-t-il affirmé.

Olivier Véran appelle les Français à "vivre avec le virus"

Olivier Véran a appelé, ce jeudi après-midi depuis le ministère de la Santé, à vivre avec le virus malgrè la recrudescence de l'épidémie sur le territoire français.

"C'est désormais une réalité, l'épidémie est à nouveau trés active dans notre pays", a-t-il déclaré face à la presse.

Les contrôles à la frontière levés à Saint-Martin

La préfecture de Saint-Martin a annoncé jeudi la levée des contrôles aux frontières avec la partie hollandaise de l'île, qu'elle avait prolongés deux jours plus tôt jusqu'au 1er octobre pour contenir la propagation du coronavirus, après une manifestation de plusieurs centaines de personnes.

La mesure de contrôle des frontières a été levée "au regard des risques de troubles à l'ordre public", a indiqué un communiqué de la préfecture, après la manifestation et une réunion avec le collectif Soualiga United qui avait appelé la population à manifester "massivement".

Plusieurs centaines de personnes, tout de noir vêtues, ont protesté contre le maintien des contrôles qui limitaient la libre circulation entre les parties française et néerlandaise.

Le point sur la pandémie dans le monde

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait plus de 941.000 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 11h00 GMT (13h en France).

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 196.831 morts. Viennent ensuite le Brésil (134.106), l'Inde (83.198), le Mexique (71.978) et le Royaume-Uni (41.684).

Plus de 29,9 millions de cas de contamination ont été diagnostiqués.

Véran prend la parole à 17 heures

De nouvelles restrictions dans certaines villes? Un accès aux tests enfin amélioré? Les réponses du ministre de la Santé seront très attendues jeudi après-midi, alors que la France craint une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 et que le gouvernement est critiqué.

Olivier Véran tiendra à 17h00 une conférence de presse, vouée à devenir hebdomadaire, pour faire le point sur la situation.

Tous les départements français sont désormais au-dessus du seuil de vigilance

La Creuse était le dernier département français à ne pas avoir franchi le seuil de vigilance, fixé à 10 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

Notre article ICI.

Manque de soignants à Marseille: "La deuxième vague existe, aujourd'hui elle est réelle"

À Marseille, la "deuxième vague existe, elle est réelle". C'est le constat de Dominique Rossi, président de la Commission médicale d'établissement de l'AP-HM, les hôpitaux publics de la cité phocéenne.

"Nous avons des malades en réanimation, des malades hospitalisés", même si la situation est encore loin de celle d'avril, a-t-il expliqué. "Nous devons gérer dans tous les hôpitaux de Paca un double flux: les flux des malades Covid, de plus en plus nombreux, et le flux des malades qui ont d'autres pathologies."

C'est pour cette raison que l'AP-HM a lancé un appel pour lancer des "recrutements indispensables" pour faire face. "Nous devons anticiper ce qui va arriver", a expliqué Dominique Rossi.

L'OMS exclu de raccourcir sa recommandation d'une quarantaine de 14 jours

L'OMS a également exclu de raccourcir sa recommandation d'une quarantaine de 14 jours pour tout ceux qui ont été en contact avec le virus.

"Notre recommandation de quarantaine de 14 jours a été basée sur notre compréhension de la période d'incubation et de la transmission de la maladie, nous ne la réviserions que sur la base d'un changement de notre compréhension de la science, ce qui n'est pas le cas jusqu'à présent", a insisté Catherine Smallwood, en charge des situations d'urgence à l'OMS Europe.

En France, la durée d'isolement a été ramenée à sept jours en cas de contact. Elle est de dix jours au Royaume-Uni et en Irlande et plusieurs pays européens, comme le Portugal et la Croatie, envisagent actuellement de la réduire.

L'OMS s'inquiète d'un niveau "alarmant" de transmission en Europe

L'Organisation mondiale de la Santé poursuit ses mises en garde: elle s'inquiète du niveau actuel de transmission en Europe. "Les chiffres de septembre devraient servir d'alarme pour nous tous", a déclaré depuis Copenhague le directeur de la branche Europe de l'OMS, Hans Kluge.

Jean-Luc Mélenchon dénonce le "manque d'organisation" du gouvernement

Depuis Marseille, où il manifeste, Jean-Luc Mélenchon a étrillé la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement. "Après la première vague, il n'a été tirée pratiquement aucune leçon des événements", a dénoncé le leader insoumis. "C'est pas faute d'avoir dit sur tous les tons qu'il fallait planifier, organiser..."

L'élu a notamment évoqué la saturation constatée dans certains services hospitaliers. "Comment a-t-on pu oublier que dès lors que l'activité reprendrait y aurait moins de réserve sanitaire pour aller dans les hôpitaux?", a-t-il interrogé? "Comment a-t-on pu ne pas tenir compte du fait que les gens qui (...) avaient d'autres maladies finiraient par revenir?"

Jean-Luc Mélenchon s'est dit "inquiet" face à ces "imprévisions incroyables" et ce "manque d'organisation".

Les tests rapides "antigéniques" désormais autorisés, mais par pour les symptomatiques et les cas contacts

Un arrêté publié ce mercredi au Journal officiel autorise désormais les tests rapides "antigéniques" pour réaliser des opérations de dépistage dans la population générale, mais pas pour les personnes avec des symptômes ou les "cas contacts" de malades.

Contrairement au test RT-PCR qui nécessite une analyse en laboratoire, pour détecter le matériel génétique du coronavirus, le test antigénique repère des protéines du virus en "15 à 20 minutes", avait souligné Olivier Véran il y a quelques jours.

Un avocat annonce une plainte contre Jean Castex devant la Cour de justice de la République

Après Édouard Philippe, Olivier Véran ou encore Agnès Buzyn, au tour de Jean Castex? L'avocat d'une association de victimes du Covid annonce au Parisien le dépôt d'une plainte contre le Premier ministre ce jeudi devant la Cour de justice de la République - la juridiction devant laquelle les membres du gouvernement peuvent être poursuivis pour un acte commis durant leur mandat.

Selon Le Parisien, Me Fabrice Di Vizio s'appuie sur l'article 223-7 du Code pénal, soit "l'abstention volontaire de prendre ou de provoquer les mesures permettant de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes".

"Le Premier ministre tient un discours alarmiste, mais prend des mesures minimalistes, ou alors stupides", commente l'avocat auprès du quotidien, faisant notamment référence au développement du port du masque en extérieur.

"Notre unité dédiée au Covid est pleine": à Marseille, les hôpitaux recrutent en urgence

Des médecins, "une centaine d'infirmières", mais aussi du personnel para-médical... Face à la résurgence de l'épidémie à Marseille, les hôpitaux publics de la ville lancent un appel aux professionnels de santé pour venir renforcer leurs équipes.

Car sur place, "les services sont en train de se remplir à grande vitesse", a expliqué à BFMTV Sabine Valera, infirmière en médecine intensive et réanimation à l'hôpital Nord de Marseille.

"Notre unité dédiée au Covid, qui n'a jamais fermé entre les deux périodes, est pleine en ce moment", a-t-elle témoigné. "Donc on doit ouvrir d'autres unités. Chez nous, ça se précipite. Il y a quand même une accélération nette sur la dernière semaine".

"Donc pour pouvoir accueillir les patients Covid, il va falloir gagner de la place. Donc on veut recruter des infirmières pour aménager de nouvelles unités, notamment dans les unités de surveillance continue", a-t-elle poursuivi.

Trump et Biden s'affrontent toujours sur le Covid

La crise du coronavirus est toujours l'objet d'une âpre bataille politique aux États-Unis, à quelques semaines de l'élection présidentielle. Donald Trump a à nouveau assuré ce mercredi que le pays disposerait d'un vaccin dès octobre, qui sera largement distribué à la population. Des déclarations qui vont cependant à l'encontre des avis exprimés par des experts sanitaires.

Interrogé au Congrès, le directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Robert Redfield a estimé plus tôt dans la journée que la majorité des Américains ne pourraient pas bénéficier d'un vaccin avant "le deuxième ou troisième trimestre de 2021", même si celui-ci était autorisé dans les prochaines semaines. Une "erreur" selon Donald Trump qui y voit une "information incorrecte".

"La première responsabilité d'un président est de protéger le peuple américain et il ne le fait pas", a asséné de son côté le candidat démocrate Joe Biden lors d'un discours mercredi dans son fief de Wilmington, dans le Delaware. La gestion du virus par Donald Trump le "disqualifie totalement", a-t-il affirmé.

Édouard Philippe prédit "une tempête économique, une tempête sanitaire, peut-être une tempête sociale"

Il s'était fait discret ces dernières semaines: Édouard Philippe a repris la paorle ce mercredi soir à Octeville-sur-Mer, lors d'une réunion en vue des sénatoriales du 27 septembre. L'ancien Premier ministre en a profité pour appelé au "rassemblement", livrant des prédictions pessimistes sur l'avenir.

"Je pense que nous allons affronter une tempête: une tempête économique, une tempête sanitaire, peut-être une tempête sociale. Les temps qui viennent vont être difficiles", a affimé Édouard Philippe.

"Sur un bateau, quand la tempête arrive, l'important n'est pas forcément d'être d'accord sur toutes les questions avec ceux qui sont sur la bateau, mais de savoir où l'on veut aller et comment affronter la tempête", a-t-il estimé.

Olivier Véran à nouveau en première ligne

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France. Ce jeudi sera marqué par une conférence de presse d'Olivier Véran: le ministre de la Santé va de nouveau monter en première ligne, à 17 heures, pour défendre et détailler la politique anti-Covid du gouvernement. Ce point presse est appelé à devenir hebdomadaire.

Il fera "une présentation claire pédagogique de la stratégie" du gouvernement "pour vivre avec le virus", a expliqué ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Vous pourrez bien entendu suivre l'événement sur BFMTV et BFMTV.com, dès 16h30.

Olivier Véran tiendra une conférence de presse le 17 septembre 2020.
Olivier Véran tiendra une conférence de presse le 17 septembre 2020. © BFMTV
BFMTV