BFMTV

Covid-19: un cluster déclaré dans une prison, les surveillants pas assez protégés selon un syndicat

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Kenzo Tribouillard / AFP

62 détenus, soit plus de 10% d'entre eux, et 10 membres du personnel surveillant sont infectés.

72 personnes ont été diagnostiquées positives au Covid-19 au sein du centre de détention d'Argentan, dans l'Orne. Un bilan daté de ce mardi fait état de 62 détenus, soit plus de 10% d'entre eux, et 10 membres du personnel surveillant infectés, rapporte France Bleu Normandie.

Des chiffres susceptibles d'être encore plus importants à la fin de la semaine, puisqu'un dépistage massif est organisé jusqu'à vendredi pour tester les 611 détenus et les 176 agents surveillants. Face à la contamination de plusieurs agents pénitenciers, l'un de leurs syndicats, l'UNAP, estime que ces derniers ne sont pas assez protégés.

Pas de masques FFP2 pour les surveillants

L'ampleur du cluster empêche que tous les détenus positifs soient maintenus dans le quartier de "quarantaine". Par conséquent, ils restent dans leur cellule, dans un isolement quasi-total outre leurs promenades quotidiennes. Une situation qui inquiète l'UNAP.

"Vous avez 40 détenus qui sont ensemble pour descendre en promenade sur 20 mètres carrés. Et on a un surveillant au milieu qui n'a qu’un petit masque bleu, ceux qu’on voit partout. Nous essayons d'obtenir des masques FFP2, ce qui nous a été refusé pour le moment par la direction comme par notre direction interrégionale. À priori, c'est la norme nationale pour nous", a déploré Franck Piquet, délégué syndical à France Bleu.

Selon la direction pénitentiaire interrégionale Ouest explique que les masques FFP2 sont réservés aux soignants. "Une situation scandaleuse" pour Franck Piquet qui demande d'obtenir des masques FFP2 au moins pour les "agents qui sont vraiment au contact d'un grand nombre de détenus positifs".

Les premiers cas du cluster ont été détectés la semaine dernière. France Bleu rappelle que le centre de détention d'Argentan avait déjà été un important foyer de contamination au début de l’année 2021.

Salomé Robles