BFMTV

Covid-19: selon Alain Fischer, "on n'est pas très loin du retour à une vie proche de la normale"

Le Pr Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, le retour à "une vie proche de la normale" n'est plus très loin. Il appelle cependant les Fançais à faire preuve de vigilance.

Le retour à une vie "quasi" normale n'est plus très loin, a considéré le M. Vaccination du gouvernement. Dans un entretien accordé à BFMTV ce lundi, le professeur Alain Fischer, immonologue et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, a reconnu qu'il ignorait quand précisément les Français pourraient retrouver la vie d'avant le Covid-19. "Plutôt optimiste", il a toutefois estimé qu'on n'était "pas très loin du retour à une vie proche de la normale", mais a appelé les Français à rester vigilants.

"Beaucoup d'activités ont repris" en France, note Alain Fischer, mais "c'est vrai qu'il reste quelques limites, et je ne suis pas capable" de dire quand on pourra reprendre nos activités comme avant la crise sanitaire". "Je ne suis pas capable d'entrer dans ce degré de précision. On n'est pas très loin du retour à une vie proche de la normale, mais je ne peux pas être plus précis car ça dépend de l'adhésion de la population à la vaccination, du respect des gestes barrières etc".

"On aura plus de confinement, sauf nouveau variant"

"Nous allons vivre avec le virus un certain temps aprec qu'il ne va pas disparaître complètement", a ensuite estimé le professeur Alain Fischer lors de son entretien à BFMTV. "Ce qu'il nous faut obtenir, c'est que le taux d'incidence reste très très faible, qu'il ne perturbe pas le système de santé, qu'il ne perturbe pas la scolarité des enfants, la vie économique, la vie sociale, la vie affective...",.

"On doit pouvoir y arriver", estime-t-il. "Si on combine la vaccination, le fait de respecter raisonnablement les mesures barrière et peut-être aussi les nouvelles thérapeutiques... On est déjà en situation, on n'aura plus de confinement. Sauf nouveau variant, franchement... on a beaucoup d'éléments rassurants".

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV