BFMTV

Covid-19: la vaccination des 12-15 ans recommandée par les médecins-chefs britanniques

Une infirmière préparant une injection du vaccin de Pfizer-BioNTech à Epsom au Royaume-Uni.

Une infirmière préparant une injection du vaccin de Pfizer-BioNTech à Epsom au Royaume-Uni. - Steve Parsons / Pool

Les médecins chefs des quatres nations prennent ici le contrepied de l'avis du comité vaccinal britannique, opposé à l'élargissement de la vaccination pour les adolescents de 12 à 15 ans.

Les médecins-chefs des quatre nations du Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord) ont recommandé lundi de vacciner les adolescents de 12 à 15 ans en bonne santé contre le Covid-19.

Cette recommandation, qui va à l'encontre des conclusions du comité qui supervise la campagne de vaccination, signifie que trois millions d'adolescents de cette tranche d'âge seraient éligibles pour recevoir une première et en l'état unique dose du vaccin Pfizer/BioNTech.

Une décision qui revient aux gouvernements des quatre nations

Les quatre médecins-chefs britanniques ont en outre demandé au comité de se prononcer sur l'administration d'une deuxième dose aux adolescents de cette tranche d'âge quand davantage de données seront disponibles dans le monde.

Il revient à présent aux gouvernements des quatre nations, compétents en matière de santé, de trancher. En Angleterre, il a déjà été demandé au service public de Santé, le NHS, de se préparer à déployer le programme de vaccination chez les 12-15 ans, si les médecins-chefs le préconisaient.

Dans leur recommandation, les médecins-chefs ont notamment pris en compte l'impact de la pandémie sur l'éducation des adolescents et soulignent que la vaccination pourra permettre de "réduire (mais pas éliminer) les perturbations dans l'enseignement".

Refus du comité vaccinal britannique

En dépit des inquiétudes liées à la rentrée scolaire, le comité (JCVI) avait estimé il y a 10 jours que le bénéfice d'étendre à tous les 12-15 ans la campagne de vaccination de masse était marginal. Selon eux, le virus présente un faible risque pour les enfants en bonne santé, tout en recommandant au gouvernement de solliciter d'autres avis.

Les enfants de plus de 12 ans qui présentent des problèmes de santé les rendant vulnérables au Covid-19 sont déjà éligibles à la vaccination, déjà ouverte à tous les jeunes de 16-17 ans.

De nombreux pays occidentaux comme la France ou les Etats-Unis vaccinent depuis plusieurs semaines les adolescents.

Depuis le début de la pandémie, plus de 134.000 personnes sont décédées au Royaume-Uni dans les 28 jours ayant suivi leur test positif au Covid-19. Le pays, qui compte plus de 66 millions d'habitants, enregistre environ 30.000 nouveaux cas par jour.

H.G. avec AFP