BFMTV

Covid-19: la toux plus présente chez les malades atteints du variant britannique, la perte d'odorat plus rare

Infirmière à Cardiff

Infirmière à Cardiff - Justin Tallis

Le Bureau des statistiques nationales britannique a publié ce mercredi une nouvelle enquête scientifique sur les infections. Ses auteurs ont notamment cherché à établir les différences entre les symptômes décrits par les porteurs du variant anglais et ceux dont souffrent les malades du Covid-19 classique.

Les Universités d'Oxford et de Manchester, l'agence Santé Publique d'Angleterre, et le Wellcome Trust ont uni leurs forces pour publier une nouvelle étude sur les infections mercredi sur le site du Bureau des statistiques nationales.

Cette étude a notamment cherché à distinguer les différences entre les symptômes décrits par les malades atteints par le variant britannique du Covid-19 et ceux rapportés par les patients atteints par le virus classique, ainsi qu'a repérer les similarités entre ces publics.

Des différences visibles

Il apparaît que les personnes touchées par le variant sont plus nombreuses à évoquer la survenue de toux, les maux de gorge, la fatigue, la fièvre et les douleurs musculaires. En revanche, ils semblent selon ces éléments présenter moins de risque de perdre le goût et l'odorat.

Les symptômes gastrointestinaux, les douleurs abdominales, les nausées, les vomissements, les diarrhées, les essoufflements et les maux de tête sont eux équitablement répartis entre les malades atteints du variant et les porteurs du Covid-19 originel.

Quintes de toux et fatigue comme signes principaux

Il faut toutefois noter quelques-uns des détails méthodologiques de l'étude: ses auteurs n'ont pris en compte que des infections contractées au foyer et non à l'hôpital ou dans des unités de soin, durant une période allant du 15 novembre au 6 janvier. Ils ont fondé leurs calculs sur les symptômes déclarés par les patients et non sur des manifestations diagnostiquées médicalement.

Dans le détail, 35,11% des patients concernés par le variant ont signalé des quintes de toux contre seulement 28,27% des cas de Covid-19 classique. La fatigue est évoquée par 32,46% du premier public, contre 29,06% du second. Le quart des porteurs du variant (25,03%) ont déploré ressentir des myalgies (c'est-à-dire des douleurs musculaires) contre un peu plus d'un cinquième pour les autres malades (21,97%).

21,88% des malades du variant ont connu des maux de gorge, et seulement 19,08% pour les autres. Enfin, ils sont 21,69% parmi les premiers à avoir traversé des fièvres, deux points de plus que pour les seconds (19,28%).

Des nausées comparables

Toutefois, seulement 18,92% des patients touchés par le variant britannique ont dit avoir perdu le goût et l'odorat, tandis que 22,37% des malades du Covid-19 apparu il y a un an en ont été privés.

Enfin, ils sont environ 10% d'un côté comme de l'autre à avoir été rattrapés par des nausées, et 12% à avoir eu le souffle court. Si les maux de tête ont aussi une extension comparable parmi ces deux segments de la population, on observe une prévalence légèrement supérieure sous le variant: 31,51% de ses victimes en font part, contre 30,32 chez les autres positifs.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV