BFMTV
Santé

Covid-19: "l'inventeur" du gel hydroalcoolique recommande d'utiliser au moins un flacon par semaine

(image d'illustration) - Un gel hydroalcoolique

(image d'illustration) - Un gel hydroalcoolique - LOIC VENANCE / AFP

L'infectiologue Didier Pittet souligne un relâchement dans l'utilisation du gel hydroalcoolique, qui fait pourtant partie des gestes barrière pour lutter contre la Covid-19.

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19 en France, le lavage des mains au savon, ou avec du gel hydroalcoolique fait partie des gestes barrières régulièrement mis en avant par les autorités sanitaires. Mais d'après le co-inventeur de cette solution désinfectante, l'infectiologue et épidémiologiste suisse Didier Pittet, la population a relâché sa vigilance sur ce sujet, explique-t-il au quotidien suisse Le Temps.

D'après le médecin - également à la tête de la mission d’évaluation indépendante chargée de tirer des enseignements de la première vague de l'épidémie en France -, "un habitant devrait consommer un flacon par semaine". "Nous sommes très loin du compte", dit-il, selon ses observations en Suisse.

Du relâchement sur le lavage des mains

D'après lui, depuis juin en Suisse, l'utilisation des solutions hydroalcooliques est six fois inférieure à celle du début de l'été. Rappelant qu'un virus peut vivre plusieurs heures sur la peau et que "nous avons tous la sale manie de nous triturer le masque", Didier Pittet appelle la population a faire plus attention à l'hygiène de ses mains.

Selon les données de Santé publique France, les Français sont eux aussi moins vigilants sur les gestes barrières depuis cet été, notamment le lavage régulier des mains.

Fin mars, durant le premier confinement, 76,4% des Français disaient avoir adopté "systématiquement" ce geste barrière. Une proportion qui a diminué à 66,3% fin septembre.

Or, après la transmission par sécretions, "un des autres vecteurs privilégiés de la transmission du virus est le contact des mains non lavées souillées par des gouttelettes", écrit le ministère de la Santé.

"Un flacon partout où l’on se rend"

Didier Pittet regrette que les transports publics ne fournissent pas systématiquement du gel, mais aussi certains restaurants genevois, selon ses propres observations. Il permet en effet de se désinfecter les mains quand l'eau et le savon ne sont pas forcément disponibles, ce qui peut arriver dans les déplacements.

Coronavirus : le lavage des mains
Coronavirus : le lavage des mains © Sophie RAMIS © 2019 AFP
"Lorsque le lavage des mains avec de l’eau et du savon n’est pas possible, les produits hydro-alcooliques font partie des solutions les plus efficaces pour l’inactivation rapide et efficace d’un large éventail de micro-organismes qui peuvent être présents sur les mains", dont le coronavirus, écrit le ministère de la Santé français.

On doit donc avoir sur soi "un flacon partout où l’on se rend". "Il doit être posé aussi sur les tables des restaurants, celles des écoles, accessibles aussi partout au travail et dans les commerces", explique Didier Pittet.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV