BFMTV

Covid-19: Jean-François Delfraissy ne croit pas en un dépistage massif de la population

Jean-François Delfraissy

Jean-François Delfraissy - Joël Saget

Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, juge l'hypothèse d'un dépistage général de la population trop difficilement applicable, dans un entretien au Monde.

Dans une interview accordée au Monde, Jean-François Delfraissy, infectiologue et président du Conseil scientifique, écarte à demi-mot l'éventualité d'un dépistage massif de la population. S'il s'agit pourtant d'une "idée très séduisante" de son propre aveu, elle se heurte à diverses limites.

"Chez les personnes asymptomatiques, il y a une fenêtre de deux ou trois jours où on ne détecte pas le virus. Donc, même avec les tests antigéniques très largement utilisés, on ne peut pas dépister tous les cas infectés", fait-il remarquer. De surcroît, la nature du virus obligerait à renouveler souvent l'opération souligne le spécialiste: " Il faudrait tester l’ensemble de la population à peu près toutes les deux semaines."

"Tester tout un pays est une énorme opération"

Au delà, il lui semble qu'un dépistage généralisé de toute une population n'est pas une option réellement applicable: "Tester tout un pays est une énorme opération, une mobilisation considérable de moyens humains. La Slovaquie, qui a tenté de le faire, n’a finalement pas réussi à retester sa population quinze jours plus tard."

Par conséquent, Jean-François Delfraissy défend une solution plus restreinte. "La proposition du Conseil scientifique est plutôt de mener une expérience sur une ou deux grandes villes françaises, pour voir ce qu’on peut en attendre", fait-il valoir.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV