BFMTV

Coronavirus: qu'est-ce que le stade 3, attendu d'un jour à l'autre en France?

Les secours à Crépy-en-Valois (Oise), le 2 mars 2020.

Les secours à Crépy-en-Valois (Oise), le 2 mars 2020. - FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Mis en place en 2011 en raison de la grippe H1N1, ce troisième stade privilégie la prise en charge en ambulatoire pour les patients sans gravité. Les transports en commun comme les établissements scolaires peuvent être temporairement fermés.

L'épidémie est "inexorable", selon Emmanuel Macron. Jeudi soir, à l'issue d'une réunion à l'Élysée avec les acteurs de la recherche publique et privée engagés dans la lutte contre le coronavirus, le professeur Jean-François Delfraissy a emboîté le pas du président, en précisant que la France allait entrer en phase 3 d'ici "une ou deux semaines maximum". Mais concrètement, que signifie cette nouvelle étape? BFMTV.com fait le point sur ce niveau d'alerte dont certains, dont Marine Le Pen, estiment qu'il aurait "déjà dû être déclenché".

Le passage à "une logique d'action collective"

Depuis la grippe H1N1, la France dispose d'un plan en trois stades de gestion d'une épidémie. Le stade 3, dernier dans la hiérarchie, correspond au stade épidémique, c'est-à-dire que le virus circule de façon active à travers le pays et non plus seulement au sein de "cluster" dans des zones ciblées. La priorité est "d'atténuer les effets de l'épidémie", peut-on lire le site du gouvernement.

Les autorités sanitaires adaptent leur stratégie et passent "d'une logique de détection et de prise en charge individuelle à une logique d'action collective", selon le document de préparation au risque épidémique Covid-19 diffusé par le ministère des Solidarités et de la Santé. Cette évolution passe par trois "axes":

"protéger les populations fragiles, notamment en EHPAD
assurer la prise en charge des patients sans gravité en ambulatoire
assurer la prise en charge des patients avec signes de gravité en établissements de santé" 

Un système de soin "sous tension"

Pour mobiliser tous les secteurs de soin, le guide méthodologique fait donc état du développement "d'une filière en ambulatoire avec maintien à domicile des patients peu grave tant que leur état clinique le permet", à l'inverse de la phase 2, où tous les patients sont suivis dans des établissements hospitaliers. De même, l'ensemble des professionnels de santé libéraux sont mobilisables pour soigner les personnes contaminées.

"Tout le système sera sous tension, l'hôpital mais aussi la médecine de ville, les établissements comme le vôtre, et donc il faudra trouver pendant plusieurs semaines, avec beaucoup de résilience, des modes de fonctionnement pour passer cette épidémie", a reconnu Emmanuel Macron.

Suspension des transports en commun

Au-delà de la prise en charge médicale, la phase 3 implique des mesures contraignantes pour la population. Parmi elles, une "suspension éventuelle de certains transports en commun", des "fermetures des crèches et établissements d'enseignement" (à l'échelle territoriale, voire nationale) et la "restriction des grands rassemblements et des activités collectives".

Toujours dans le domaine de la vie quotidienne, le plan prévoit des actions pour éviter des pénuries:

"Surveillance des prix et de la disponibilité des produits" et maintien d'un "approvisionnement alimentaire et produits de première nécessité".

Les entreprises aussi se préparent aussi à cette phase épidémique, comme l'explique Brigitte N., infirmière du travail dans une grande entreprise:

"On demande aux chefs de service de recenser qui peut télétravailler, les salariés vulnérables pour qui c'est préférable, les matériels disponibles", détaille-t-elle.

Ne pas "arrêter le pays"

Pour autant, un passage au stade 3 ne veut pas dire que de telles mesures seront prises automatiquement et de la même façon partout dans le pays. Elles seront probablement progressives et décidées au cas par cas, selon les endroits et la progression du virus. Ces derniers jours, plusieurs ministres ont insisté sur le fait que le passage au stade 3 n'équivaudrait pas à "arrêter le pays".

"Si nous devions passer au stade 3, ce n'est pas la bonne décision" de fermer toutes les écoles, a ainsi répété vendredi le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer. "Il est très important de maintenir le fonctionnement du pays".

Pour l'heure, "il est difficile de pouvoir déterminer les caractéristiques précises d’une éventuelle épidémie due à ce nouveau virus dont la virulence n’est à ce stade pas complètement connue", insiste le guide méthodologique.

Esther Paolini avec AFP