BFMTV

Coronavirus chinois: pourquoi il n'existe pas de traitement spécifique

Des passants dans la province de Hubei.

Des passants dans la province de Hubei. - STR / AFP

A ce jour, il n’existe pas de traitement spécifique pour le nouveau type de coronavirus né en Chine mi-décembre. Il a déjà fait 17 morts dans ce pays, contaminé des centaines de personnes et atteint jusqu'aux Etats-Unis, où un malade a été identifié.

Un nouveau virus ressemblant au SRAS a fait 17 morts en Chine, contaminé des centaines de personnes et atteint jusqu'aux Etats-Unis, où un malade a été identifié, alimentant la peur d'une propagation à la faveur de la grande migration du Nouvel An chinois.

Des cas sont également apparus au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande et à Taïwan. Hong Kong a signalé mercredi un cas suspect. Plusieurs pays d'Asie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mis en place des contrôles dans les aéroports pour les passagers venus de la ville chinoise de Wuhan (11 millions d'habitants), épicentre de l'épidémie.

A ce jour, il n’existe pas de traitement spécifique pour le nouveau type de coronavirus né en Chine mi-décembre. Cela pourrait-il changer? BFMTV a posé la question au professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses à l'hôpital Bichat (AP-HP) à Paris, directeur de l'Institut de l'infectiologie à l'Inserm et expert auprès de l'OMS.

Dispose-t-on d’un traitement pour le nouveau coronavirus chinois?

"Non, il n’existe pas de traitement spécifique. Il y a en revanche une série de traitements évalués. Et des pistes de chercheurs, notamment d’une équipe de l’INSERM lyonnaise".

Les chercheurs sont donc déjà mobilisés?

"En quelques semaines, nous allons pouvoir évaluer ce que l’on a. On ne va pas sortir un traitement demain, mais on apprend d’épidémie en épidémie. Et l’idée, c’est d’avoir des connaissances pour l’épidémie d’après. On sait par exemple que le Tamiflu, un antiviral utilisé pour la grippe, n’est pas efficace pour les coronavirus".

On ne peut donc rien faire aujourd’hui pour traiter le virus en lui-même?

"Il existe bien des traitements des conséquences de l’infection, et non de l’infection elle-même. Parmi les traitements symptomatiques, il y a les antibiotiques en cas de surinfection bactérienne. Il peut aussi y avoir de l’oxygène, ou une ventilation mécanique en cas d’insuffisance respiratoire. Toutes ces actions permettent d’attendre que l’infection s’en aille, ce qui n’est pas toujours le cas chez les personnes déjà fragiles".
Margaux de Frouville