BFMTV

CARTE. Voici les 79 départements où le masque n'est plus obligatoire à l'école primaire ce lundi

La carte du masque à l'école primaire au 18 octobre

La carte du masque à l'école primaire au 18 octobre - BFMTV

A partir de ce lundi, le port du masque n'est plus obligatoire à l'intérieur pour les élèves des écoles primaires dans 12 départements de plus, ce qui porte à 79 le nombre de départements où la mesure sanitaire a été levée, puisque dans le même temps, la Lozère fait le chemin inverse.

12: c'est le nombre de nouveaux départements dans lesquels le port du masque n'est plus obligatoire pour les enfants à l'école primaire à partir de ce lundi.

En revanche, les élèves de Lozère, où l'incidence flambe depuis quelques jours, doivent remettre le masque ce lundi. Il s'agit du premier département à repasser en protocole de niveau 2.

Ceci qui portera à 79 le nombre total de départements dans lesquels la mesure est levée. La liste de ceux dans lesquels l'obligation est maintenue a été publiée par décret au Journal officiel du 14 octobre. Il reste donc 22 départements où le port du masque reste imposé aux élèves.

Ces nouveaux départements où le port du masque à l'école primaire n'est plus obligatoire à partir de ce lundi 18 octobre sont : l’Ain, l’Ariège, la Charente, le Cher, la Drôme, le Gard, l’Hérault, la Moselle, le Haut-Rhin, le Var, la Haute-Vienne et la Seine-et-Marne, qui est donc le premier département d’Île-de-France à tomber le masque.

Pour intégrer cette liste, il faut remplir certains critères, précisés par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 22 septembre dernier:

"À partir du lundi 4 octobre, dans les départements où le taux d'incidence se stabilise au-dessous du seuil de 50 pour 100.000 habitants, le protocole sanitaire passera en niveau 1, ce qui signifie essentiellement que l'obligation du port du masque à l'école primaire y sera levée."

Pour que l'allégement entre en vigueur, il faut également que le taux d'incidence soit inférieur à 50 pendant 5 jours consécutifs, avait précisé le ministère de l'Éducation à BFMTV.

Louis Augry