BFMTV

Cancer du cerveau: une nouvelle étude fait le lien avec le portable

L'usage trop intensif du téléphone portable entraîne un risque accru de développer une tumeur.

L'usage trop intensif du téléphone portable entraîne un risque accru de développer une tumeur. - -

Des chercheurs français ont mis en évidence le risque accru de tumeurs pour les utilisateurs intensifs de téléphone mobile, qui s'en servent plus d'une demi-heure par jour.

Combien de temps passez-vous chaque jour suspendu à votre téléphone portable? Au-delà de trente minutes, soit plus de quinze heures d'appels par mois, la prudence est requise: les risques de développer un gliome, l'un des cancers du cerveau les plus courants, sont multipliés par quatre.

C'est la conclusion tirée par une équipe de chercheurs bordelais de l'ISPED, l'Institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement, dans une étude publiée dans une revue scientifique. Les chercheurs ont analysé 450 malades d'une tumeur au cerveau et 900 cas témoins non malades, puis les ont interrogés sur leur exposition au téléphone portable, depuis leur première utilisation.

Limiter les excès de consommation

Les résultats sont parlants: ceux qui ont pour habitude de passer plus de trente minutes par jour au téléphone ont un risque quatre fois plus grand de développer une tumeur maligne. Et ceux qui ont passé au total plus de 900 heures au téléphone dans leur vie présentent un risque plus élevé de 2,5. Une durée atteinte en passant en moyenne une demi-heure chaque jour au portable durant 5 ans. L'étude montre notamment que les commerciaux, et plus généralement ceux qui l'utilisent dans un cadre professionnel, sont particulièrement exposés.

Pour les scientifiques, impossible de déterminer un seuil critique à partir duquel le risque augmente significativement, mais selon eux, le kit mains libres est à privilégier, et les excès de consommation doivent être limités. Les associations qui dénoncent le danger des ondes, elles, voient dans cette étude une nouvelle preuve du potentiel cancérigène des téléphones portables.

A. G. I vidéo: C. Danré et C. Bonnin et O. Jouglard.