BFMTV

Choisir sa technique de relaxation adaptée au travail

A chacun de trouver la technique de méditation qui lui convient le mieux pour s'échapper du travail.

A chacun de trouver la technique de méditation qui lui convient le mieux pour s'échapper du travail. - Maria Pakhomenko - CC - Flickr

Yoga, tai-shi, chi-kong, shiatsu ou méditation en pleine conscience… Toutes ces écoles basées sur la respiration visent à diminuer le stress. Elles se pratiquent plus ou moins facilement au bureau.

Vous ne vous voyez pas vraiment adopter la position du cobra en plein milieu de l’open space pour ouvrir vos chakras. Même si c’est pour votre bien, celui de vos collègues et de votre chef, car sans cela, vous risquez de craquer.

D’ailleurs, le rôle de la respiration et de la méditation dans la baisse de l’hormone du stress est prouvé (lire Apprendre à respirer pour évacuer l'hormone du stress). Mis à part le yoga, il existe d’autres techniques. A vous d'opter pour celle qui vous convient le mieux et vous semble la plus adaptée à votre lieu de travail.

1-Le yoga : un tapis et de la sueur

On se prépare à se rendre au cours de yoga, cette méthode de relaxation d’origine indienne, comme on s’apprête à aller au sport. Sa pratique nécessite un tapis, une tenue confortable… Et un change. Car cela fait suer de saluer le soleil puis de passer d’une posture debout à assise et vice versa, plusieurs fois.

"C’est une discipline très pratiquée et complète, intégrant le souffle à des postures ou à des mouvements qui peuvent solliciter le corps de façon exigeante", décrit Shahine Ismaïl, experte en méditation, qui anime des ateliers.

2-Le tai-shi ou le chi-kong : un carré d’herbe et de la rondeur

C’est l’image que l’on a des salariés chinois qui pratiquent des exercices debout, très lents, avant de démarrer leur journée. Le tai-shi et le chi-kong sont des gymnastiques douces importées de l’Extrême-Orient, connectées au souffle.

"Elles associent mouvements lents et circulaires, exercices respiratoires et concentration. En raison de cette rondeur du mouvement, elles conviennent à tous les âges et aident à bien vieillir", différencie Shahine Ismaïl.

Il suffit de trouver un coin d’herbe et de s’imaginer s’ancrer comme un arbre pendant la pause déjeuner pour en revenir relaxé, et ce, sans avoir besoin de se changer.

3-Le shiatsu : du toucher et de l’acuponcture

Là, on franchit une étape supplémentaire: le toucher. La personne s’allonge. L’expert en shiatsu réalise des pressions et l’amène à s’étirer.

"Cette approche consiste en des étirements et des pressions sur l'ensemble du corps, et notamment sur les points des méridiens d’acupuncture. Elle stimule la circulation de l'énergie", présente Shahine Ismaïl, experte en shiatsu, ce qui signifie "pression des doigts" en japonais.

Une fois les mouvements de base enseignés, il est possible de s’automasser… A condition de trouver un lieu à l’abri des regards des collègues, pour pouvoir se lâcher.

4-La méditation en pleine conscience : une minute et une appli

C’est la technique la plus adaptée au bureau, car il s’agit de se concentrer sur sa respiration, yeux fermés ou non, sans mouvement du corps. Se poser quelques minutes régulièrement peut suffire à évacuer le stress, même assis derrière son ordinateur.

La méditation en pleine conscience est celle qui a le plus de succès au bureau: elle vient aussi d’Asie mais est dépouillée de tout aspect religieux.

Selon Shahine Ismaïl:

"La technique consiste à se concentrer sur la respiration, comme sur une cible mouvante, qui captive sans fatiguer. C’est ce qui se produit, quand nous sommes fascinés par les flammes d’un feu ou les vagues de la mer. Le but est de faire le vide, en suivant sa respiration, puis de se poser en observateur de ses pensées lorsqu’elles apparaissent. Cette attitude permet une prise de recul favorable à de meilleures prises de décisions." 

Il existe même des applications smartphone comme Petit bambou, Zenfie ou Headspace pour aider à déconnecter.