BFMTV

Âge, comorbidités, territoires: où en est la vaccination en France, désormais ouverte à tous?

La vaccination par tranche d'âge, comorbidité et selon chaque département français.

La vaccination par tranche d'âge, comorbidité et selon chaque département français. - BFMTV

Ouverte à tous les adultes depuis ce lundi, la vaccination contre le Covid-19 connaît des ralentissements, des disparités et même des inégalités en France, selon le critère sur lequel on s'appuie.

Elle a été avancée de deux semaines. La vaccination contre le Covid-19 est désormais ouverte à tous les adultes en France, depuis ce lundi. Une décision prise il y a quelques semaines par l'exécutif dans l'espoir d'atteindre une immunité collective suffisante pour faire reculer l'épidémie.

Un choix hâtif? En déplacement ce lundi matin dans un centre de vaccination à Saint-Maur-des-Fossés, le Premier ministre Jean Castex a rappelé que la vaccination désormais ouverte à toutes et à tous ne devait "pas nous détourner de l'objectif d'aller chercher tous nos concitoyens et concitoyennes qui restent les plus vulnérables à la maladie, c'est-à-dire des personnes âgées, des comorbidités, des pathologies".

"Il faut que notre dispositif aille chercher ces personnes fragiles pour qu'elles soient le plus vite possible vaccinées", a répété le chef du gouvernement, martelant un discours émis depuis plusieurs semaines déjà.

Si le pays dispose d'un nombre grandissant de doses, l'arrivée du reste de la population adulte dans la campagne de vaccination va contraindre bon nombre de Français à s'armer de patience. Un problème temporaire qui en cache toutefois un autre: beaucoup de personnes éligibles depuis longtemps déjà au sérum ne se sont pas fait vacciner.

23,9% des plus de 80 ans n'ont pas été vaccinés

De nombreuses personnes âgées n'ont toujours pas reçu la moindre dose de vaccin: 23,9% des Français âgés de plus de 80 ans n'ont encore reçu aucune injection, selon les chiffres de Santé Publique France en date du 29 mai 2021. Le 17 mai dernier, ils étaient 25,9% à n'avoir pas reçu de dose. Plus d'un Français sur cinq faisant partie de cette tranche d'âge n'a donc pas reçu la moindre injection de vaccin contre le Covid-19.

À titre de comparaison, 13,8% des 75-79 ans et 16,2% des 70-74 ans n'ont reçu aucune dose. Il semble donc plus que difficile pour le gouvernement de parvenir à convaincre les personnes les plus âgées, isolées pour certaines, à se faire vacciner. Là est pourtant un enjeu crucial, à en croire Arnaud Fontanet.

"La campagne dans les Ehpad a certes été un succès mais, dans cette classe d'âge, la vaccination stagne depuis un mois sans qu'on parvienne à 80% de premières injections comme pour les 70-79 ans", observe l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique dans les colonnes du dernier JDD.

En parallèle, la vaccination se développe fortement chez les jeunes adultes: si l'accès est ouvert aux 18-49 ans depuis seulement ce lundi, il leur est possible depuis le 12 mai dernier de réserver un créneau de vaccination du jour au lendemain. De plus, la vaccination leur est également ouverte depuis bien plus longtemps encore s'ils présentent une ou plusieurs comorbidités susceptibles de provoquer une forme grave de la maladie.

Une vaccination importante pour certaines comorbidités

L'âge était le premier critère retenu par l'exécutif pour initier sa progressive campagne de vaccination, la présence de comorbidités était le second. Des disparités sont également à noter selon les pathologies.

Ainsi la proportion de personnes ayant bénéficié d'une transplantation pulmonaire et étant complètement vaccinée est particulière importante (72,6%), tout comme celle des Français souffrant de dialyse chronique (68,8%) selon les dernières données de Santé Publique France remontant au 23 mai dernier.

La couverture vaccinale est également élevée chez les personnes souffrant de cancer de la prostate, du poumon ou du côlon. A contrario, seules 21,2% des personnes souffrant d'une obésité repérée lors d'un séjour à l'hôpital ont été complètement vaccinées et 52,4% d'entre elles n'ont reçu aucune dose de vaccin.

S'agissant des Français souffrant de diabète, ils sont 33,8% à n'avoir reçu aucune injection. De même ils sont 33,9% parmi les personnes ayant eu un AVC à ne pas avoir été encore vaccinés contre le coronavirus. Les personnes infectées par le VIH et vaccinées contre le Covid-19 sont encore une minorité en France: 45,9% ont reçu au moins une dose de vaccin. Enfin 41% des personnes touchées par une maladie respiratoire chronique (hors mucoviscidose) n'ont pas non plus été vaccinées.

De fortes inégalités territoriales

Si les autorités se sont parfois permises certaines livraisons supplémentaires pour des territoires davantage touchés par la troisième vague de la pandémie, il n'a cependant jamais été question d'initier une territorialisation de la vaccination. Certes, certains territoires ont une proportion de personnes âgées plus importante que d'autres. De même, une poignée de départements concentre une part importante de la population française.

Reste que la couverture vaccinale est encore bien faible en Île-de-France, région où le virus circulait particulièrement. Ainsi la Seine-et-Marne ne compte que 11,2% de sa population adulte complètement vaccinée contre le Covid-19. Viennent ensuite la Seine-Saint-Denis (12,5%), l'Essonne (13%) et les Yvelines (13,5%).

Mais les habitants de ces départements n'ont rien à envie à ceux d'Outre-mer: seuls 4,2% des personnes résidant en Guadeloupe ont reçu les deux doses, en Martinique ils sont 9%. À la Réunion ils sont 9,6% et à Mayotte 5,2% à être complètement vaccinés. La Guyane, pourtant touchée par le variant brésilien, ne recense que 7,9% de personnes complètement vaccinées. Un facteur est toutefois à prendre en considération: les réticences aux sérums qui sont en augmentation sur le territoire ultramarin.

Dans cette campagne vaccinale, les territoires ultramarins semblent donc délaissés malgré leur proximité - pour certains - avec des pays où ont émergé des variants jugés préoccupants du Covid-19.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV