BFMTV

14-Juillet: annulations en série de feux d'artifice par peur du relâchement

Plusieurs villes ont pris la décision d'annuler leurs animations du 14-juillet par crainte d'une résurgence brusque de l'épidémie de coronavirus.

Après le maintien contesté de la Fête de la musique, où les images de certains rassemblements sans respect des gestes barrières ont inquiété, la Fête nationale s'annonce sans festivités, ou presque. Ce 14-juillet aura une saveur amère pour de nombreux Français en raison de l'épidémie de coronavirus qui reste bien présente sur le territoire national. En témoigne une annonce, celle du nouveau maire de Laval.

Ce jeudi, Florian Bercault a pris la décision d'annuler le traditionnel feu d'artifice, en raison de la résurgence du virus observées ces dernières semaines dans la Mayenne. Le département, classé en "situation de vulnérabilité", compte actuellement 220 cas positifs, soit quatre fois plus que fin juin.

Cette situation épidémiologique a conduit l'édile à ne pas maintenir l'événement afin d'éviter d'augmenter les risques de contamination.

Le feu d'artifice de la tour Eiffel maintenu mais sans public

À Paris la mairie et la préfecture ont décidé de maintenir le feu d'artifice sur le Champ-de-Mars mais d'interdire tout rassemblement au pied de la tour Eiffel. Des restrictions de déplacement seront en vigueur pour la journée de mardi, notamment dès le matin sur les Champ-de-Mars et à partir de 16h autour du Trocadéro et du pont d'Iéna. La zone sera d'ailleurs strictement interdite au public à partir de 19h.

"Il faut qu'on invente de nouvelles manières de se retrouver puisqu'on va devoir vivre en cohabitation avec ce virus", explique Frédéric Hocquard, adjoint à la ville de Paris en charge de la vie nocturne.

Plusieurs communes ont quant à elles annulé purement et simplement leurs feux d'artifice, à l'instar des communes de Cherbourg, Deauville, ou d'Étretat compte tenu du contexte sanitaire.

"Le feu d'artifice est initialement tiré sur la plage et beaucoup de gens gravitent les sentiers pour pouvoir l'admirer du haut de la falaise donc malgré un dispositif de sécurité très important, il est vraiment très compliqué pour nous de pouvoir nous assurer des distanciations sociales", justifie Estelle Serafin, adjointe à la mairie d'Étretat en charge du tourisme.

Des festivités annulées dans de grandes villes

Les villes de Lille, Saint-Etienne, Rambouillet et Carpentras ont également pris cette mesure qui s'accompagne parfois aussi par l'annulation d'autres animations comme le bal des pompiers.

"Il y a des endroits où les bals seront interdits par arrêté des maires, par intervention des préfet, des endroits où le virus circule plus qu'ailleurs ou il aura encore plus de vigilance", a constaté Olivier Véran ce vendredi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC. "Bal ou pas bal, c'est un effort de vigilance quotidien que les Français doivent s'appliquer pendant l'été".

Des mesures sanitaires prises aussi dans le respect du droit. Dans un arrêt rendu le 6 juillet dernier, le Conseil d'État a maintenu l'interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes, celle-ci restant "justifiée au regard de la situation sanitaire à ce jour".

Hugues Garnier Journaliste BFMTV