BFMTV

VIDEO - François Hollande, un Président waterproof

Les images de François Hollande sous le déluge sur l'île de Sein en août 2014 ont été largement commentées.

Les images de François Hollande sous le déluge sur l'île de Sein en août 2014 ont été largement commentées. - Fred Tanneau - AFP

Les premières images du Président François Hollande étaient celles d’un homme trempé le jour de son investiture. Depuis, il n’a pas hésité à mouiller sa chemise à plusieurs reprises. Une communication de Président "normal" pas toujours comprise et qui suscite parfois des railleries. Même si, lui, s'en amuse et s'en explique régulièrement. Retour en images.

François Hollande et la pluie, c'est une longue histoire parfois difficile à déchiffrer. Dès les toutes premières heures de son mandat de Président, le 15 mai 2012, c'est un homme trempé jusqu'aux os qui a remonté les Champs-Elysées et ravivé la flamme du Soldat inconnu sans chercher à s'abriter. Depuis, le Président "normal" a repoussé les parapluies à de nombreuses reprises quitte parfois à susciter les moqueries.

A deux jours du mi-mandat de François Hollande, retour en images sur une première partie de quinquennat très arrosée.

"Gouverner c'est pleuvoir"

Ce jour là, après la remontée des Champs-Elysée, c'est un François Hollande souriant sous la pluie qui assistait à une cérémonie en mémoire de Jules et Marie Curie, encore dans l'euphorie de la victoire. Même énergie débordante un mois plus tard lors de cérémonies du Débarquement en Normandie. Il s'offre un bain de foule très humide, acclamé par des électeurs heureux. Les déplacements suivants seront souvent pluvieux.

En avril 2013, il pleut sur Casablanca pour la visite de François Hollande. "Je viens il pleut, un membre de la famille royale m'a dit qu'il y avait une formule de Lyautey - je demanderai à la vérifier - selon laquelle 'gouverner c'est pleuvoir'. De ce point de vue-là nous réussissons au-delà de toutes nos espérances", lance-t-il faisant rire l'assistance.

En déplacement en mai 2014, il fait encore une allusion à la météo. Quelques jours plus tard en Allemagne, alors qu'il prend l'eau en compagnie d'Angela Merkel, il lance: "la pluie j'y suis habitué depuis deux ans".

"Un pouvoir qui prend l'eau"

Les images de l'île de Sein, le 25 août dernier, sont celles qui susciteront le plus d'interrogations. François Hollande commémore la Libération dans le Finistère sous le déluge. Aux côtés des anciens combattants comme lors de son discours, il ne s'abrite pas et doit nettoyer ses lunettes pour y voir plus clair. Le hic c'est que cette cérémonie a lieu en plein remaniement du gouvernement Valls. Les images serviront à illustrer "un pouvoir qui prend l'eau", selon les mots d'Hervé Gattegno sur BFMTV.

Un mois plus tard, lors de sa conférence de presse à l'Elysée, le chef de l'Etat prend les devants en expliquant: "Mon seul devoir, c'est la France, ce n'est pas de me protéger, ce n'est pas de m'abriter". Interrogé néanmoins sur le sujet, il répond une fois de plus par l'humour: "je ne peux pas supprimer la pluie, je ne peux pas non plus la provoquer même si certains ont pu formuler cette hypothèse".

Ce jour-là, le Président ne prend pas l'eau, mais c'est le palais présidentiel qui a des fuites. De l'eau tombe du plafond de la salle des fêtes.

Enfin, dimanche dernier, François Hollande a été accueilli par la neige au Canada. Une nouvelle ère s'ouvre pour la seconde partie du quinquennat?

Karine Lambin