BFMTV

Traité d'Aix-la-Chapelle: non, la France ne va pas céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel et Emmanuel Macron à Marseille le 7 septembre 2018.

La chancelière allemande Angela Merkel et Emmanuel Macron à Marseille le 7 septembre 2018. - CHRISTOPHE SIMON / AFP

De fausses informations lancées par des proches de Debout la France et reprises par des gilets jaunes circulent sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Ils rapportent, à tort, qu'Emmanuel Macron va céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne.

Après le pacte de Marrakech censé "vendre la France à l'ONU", des groupes de gilets jaunes relaient une information selon laquelle la France s'apprêterait à signer un traité franco-allemand visant à "rendre l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne". Une fake news relayée depuis lundi par un eurodéputé Debout la France, ainsi qu'une autre personnalité d'extrême-droite, Christine Tasin.

"La réalité est terrifiante, tragique", gronde sur son site celle qui a été tête de liste de Debout la France en 2009, et a cessé d'adhérer au parti en 2012. "Macron va réaliser le rêve d’Hitler avec une France soumise à l’Allemagne et découpée pour agrandir l’Allemagne", ajoute-t-elle. 

Capture d'écran Facebook du groupe "gilet jaunes".
Capture d'écran Facebook du groupe "gilet jaunes". © -

"C'est évidemment faux" réagit l'Elysée

Cette fausse information se base sur le fait qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel s'apprêtent à signer, ce mercredi 22 janvier à Aix-la-Chapelle, un nouveau traité de coopération et d'intégration franco-allemand censé "renforcer les liens" entre les deux pays. Mais ce traité n'envisage à aucun moment de cession territoriale de la France à l'Allemagne. Il prévoit en réalité un simple renforcement de la coopération sur l'économie, la défense ou encore la possibilité de "projet transfrontaliers".

Parmi les 28 articles du traité d'Aix-la-Chapelle déjà consultables sur le site Contexteaucun ne stipule que ces départements repasseront sous gestion allemande. "C’est évidemment faux", confirme l'Élysée à nos confrères de 20 minutes. "Ce traité crée des outils, il ne change pas en lui-même nos lois et respecte par définition notre Constitution", ajoute la présidence.

Pourtant sur les groupes Facebook de gilets jaunes, des publications indignées reprennent les contenus de ces personnalités publiques. Ces vidéos et ces textes sont partagés, likés et commentés plusieurs dizaines de fois. Des membres du groupe s'offensent du traité qui s'apprête à être signé le 22 janvier. Un certain nombre de gilets jaunes, aguerris depuis l'épisode du pacte de Marrakech, qui était aussi devenu l'objet de fake news, parvient néanmoins à déjouer la fausse information.

Dupont-Aignan "hostile" au traité

La rumeur est en fait issue d'une vidéo publiée vendredi dernier par le député européen Bernard Monot, ancien Front National désormais encarté à Debout la France. Dans sa vidéo (supprimée depuis) intitulée Le Traité d'Aix-la-Chapelle: nouvelle trahison de la nation, l'eurodéputé développait des théories souverainistes. Bernard Monot accusait aussi Emmanuel Macron de vouloir "livrer l'Alsace et la Lorraine à une puissance étrangère".

"Évidemment, comme pour le Pacte de Marrakech, les Français n’ont jamais entendu parler du traité d’Aix-la-Chapelle à la télévision (...) pendant que dans notre dos Macron prépare un nouveau putsch contre la France", vitupère le député européen avant de poursuivre: "Pour Emmanuel Macron, l’Allemagne n’est en fait qu’un prétexte pour faire plier ce peuple français qu’il déteste, un prétexte pour effacer, plus rapidement, la France et son identité."

Contacté par BFMTV.com, l'entourage de Nicolas Dupont-Aignan botte en touche concernant la diffusion de fausses informations par un membre du parti mais précise que le président de Debout la France est "hostile" au traité d'Aix-la-Chapelle, qui selon lui, "brade à l'Allemagne le libre-arbitre de la France, notamment concernant notre siège au Conseil de sécurité de l'ONU et notre dissuasion nucléaire".

Jeanne Bulant