BFMTV

TOUT COMPRENDRE - À Marseille, des soupçons de fraudes aux procurations chez Les Républicains

La campagne municipale marseillaise est bousculée par une possible fraude aux procurations par des candidats Les Républicains. Des personnes âgées dans un Ephad auraient notamment pu être abusées. Une enquête préliminaire a été ouverte.

Les équipes de campagne des candidats Les Républicains à l'élection municipale à Marseille sont depuis une semaine au coeur d'une enquête préliminaire portant sur des soupçons de fraude. Les enquêteurs se penchent sur l'établissement de procurations pour le second tour dans le camp de la candidate LR à la mairie, Martine Vassal, selon une procédure "simplifiée" mais qui pourrait être illégale. BFMTV.com fait le point sur cette affaire qui secoue la campagne de la cité phocéenne, à quelques jours du second tour.

-> Sur quoi portent les soupçons de fraude ?

L'hebdomadaire Marianne et le journal de France 2 ont révélé que deux candidates présentes sur des listes de Martine Vassal proposaient des "procurations simplifiées" sans respecter les procédures légales. Il s'agit de Géraldine Lapalus actrice de la série Camping Paradis, candidate dans les 6e et 8e arrondissements et de Monique Devouge, adjointe à la mairie du 11e-12e arrondissement et candidate dans ce secteur. Sur la base de SMS reçus par des habitants, les journalistes ont pu établir que les électeurs s'étaient vus proposer des procurations. "Sans vous déplacer, juste par téléphone", indique le texto envoyé par une colistière de LR dans le secteur de Martine Vassal.

Jeudi, une source proche du dossier annonce à l'Agence France-Presse (AFP) que les enquêteurs chargés des investigations commencent aussi à se pencher sur de possibles manoeuvres auprès de résidents d'un Ehpad. France 2 a en effet diffusé de nouveaux témoignages, cette fois de proches de résidents d'une maison de retraite découvrant que des procurations avaient été établies au nom de certains d'entre eux, à leur insu et alors même que certains sont atteints de maladies neurodégénératives comme Alzheimer. Au total, une cinquantaine de résidents seraient concernés.

"C'est pitoyable", a réagi le fils d'une des résidentes âgée de 89 ans.

-> Comment se justifie l'Ehpad ?

La direction du groupe auquel appartient l'Ehpad dément toute implication.

"Nous réitérons qu'à aucun moment la direction de l'établissement n'a organisé le vote par procuration, celle-ci étant alors occupée à préserver les résidents de la crise du Covid-19 qui s'annonçait", déclare dans un communiqué la direction générale du groupe Univi, auquel appartient l'Ehpad Saint-Barnabé.

-> Où en est la procédure judiciaire ?

Le 13 juin, la procureure de Marseille Dominique Laurens a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire. Confiée à la brigade financière de la police judiciaire de Marseille, elle a pour but de caractériser de possibles "manoeuvres frauduleuses" en vue d'établir ces procurations d'électeurs ainsi que pour "faux et usage de faux", avait précisé la magistrate.

"La justice fait son travail, elle vérifie si des infractions ont été commises et à qui les imputer", a-t-elle ajouté.

Les domiciles des deux candidates LR, tout comme le local de campagne de Martine Vassal et la permanence de Julien Ravier, maire LR du secteur ont été perquisitonnés. D'après La Provence, les téléphones et ordinateurs des candidates ont été saisies.

-> Comment se défend la mise en cause?

Dans un premier temps, Martine Vassal a fustigé "des Parisiens (qui) essayent de créer une polémique qui n'existe pas ici". Sentant la polémique monter, elle a ensuite proposé que le ministère de l'Intérieur "annule" toutes les procurations déposées pour le second tour des municipales.

"Je demande au ministre de l'Intérieur, puisqu'il semble y avoir suspicions sur les procurations, qu'il annule l'ensemble des procurations qui ont été déposées pour le deuxième tour, comme ça au moins les choses seront plus claires, parce que je veux gagner à la loyale", a déclaré sur BFMTV la présidente de la métropole Aix-Marseille et du département des Bouches-du-Rhône.

Elle s'est ensuite défendue à notre antenne d'être une "fraudeuse":

"Je ne suis pas une fraudeuse, je ne l'ai jamais été et ce n'est pas maintenant que je vais commencer à l'être. (...) Si des faits avérés sont confirmés, (...) je serai intraitable sur ces faits-là et les personnes qui les ont commis".

-> Qu'en disent ses opposants marseillais ?

Ses adversaires ne cessent de faire part de leur indignation. "Des anomalies, j'en ai déjà vu, mais jamais autant qu'à cette élection!", s'est insurgé André Sarkissian, assesseur pour La République en marche (LaREM) dans le 11e arrondissement.

Tête de liste de la gauche (Printemps marseillais) dans le secteur où se situe l'Ehpad en cause, Yannick Ohanessian a condamné "le cynisme absolu et sans aucune morale" de ceux qui ont pu "extorquer à des personnes en grande vulnérabilité" ces procurations. Le candidat RN Stéphane Ravier a condamné un comportement "immoral" et "dégueulasse".

La tête de liste du Rassemblement national (RN) dans le 11e et 12e arrondissement de Marseille, Franck Allisio, a annoncé son intention, si une information judiciaire venait à être ouverte, de se constituer partie civile pour avoir accès au dossier. À ses côtés le chef de file du RN Stéphane Ravier a estimé qu'on avait "touché le fond des égouts de la politique marseillaise". "A sa place, je présenterais ma démission, ou en tout cas, je me retirerais de cette campagne électorale", a-t-il dit à propos de Martine Vassal.

Esther Paolini avec AFP Journaliste BFMTV