BFMTV

Talamoni: "Ceux qui profanent un lieu de culte ne représentent pas les Corses"

Au micro de BFMTV et RMC, le président nationaliste de l'Assemblée corse a fustigé l'action "d'une minorité", après le saccage d'une salle de prière musulmane à Ajaccio.

Après un week-end agité en Corse, Jean-Guy Talamoni, président nationaliste de l'Assemblée corse, appelle à "l'apaisement" sur BFMTV et RMC, alors qu'une salle de prière musulmane a été saccagée à Ajaccio vendredi. Il condamne cette action "avec beaucoup de force".

Mais selon lui, "la manière de présenter les choses a été déloyale. En Corse il y a des racistes comme dans toute l'Europe, mais la Corse a été la première à instaurer la liberté religieuse", rappelle Jean-Guy Talamoni, qui affirme tenir à "l'image" de l'île. Pour le dirigeant nationaliste, "ceux qui se livrent à la profanation d'un lieu de culte ne peuvent pas se revendiquer de la culture corse, il s'agit seulement d'une minorité qui doit être mise au ban de notre société".

L'extrême droite, "une greffe" venue du continent

Le président de l'Assemblée corse reconnaît pourtant qu'il existe sur l'île "des agitateurs extrémistes, des groupuscules d'extrême droite qui s'agitent depuis quelques mois". Mais à ses yeux, "il ne s'agit pas d'idéologies intégrées à la société corse, c'est une greffe" venant de l'ensemble "du continent européen". D'ailleurs, il rappelle que sur l'île, "le Front national a fait beaucoup moins de voix qu'ailleurs. Il y a un problème qui est en train d'être introduit en Corse". 

Désormais, "on veut des discussions avec Paris pour une réforme audacieuse dont la Corse a besoin", ajoute Jean-Guy Talamoni. "Nous demandons à Paris de prendre en compte les demandes majoritaires de l'Assemblée. Nous voulons engager un dialogue apaisé, serein avec Paris pour de meilleures relations entre la Corse et l'Hexagone". 

Plusieurs centaines de manifestants ont encore défilé dimanche après-midi dans plusieurs quartiers populaires d'Ajaccio après deux jours de dérapages racistes. La nuit de Noël, deux pompiers et un policier ont été blessés dans un guet-apens dans le quartier des Jardins de l'Empereur, à Ajaccio.

A. K.